Virage sécuritaire à Oullins : Le maire arme les policiers municipaux

Le virage sécuritaire que prend le maire d’Oullins en décidant d’armer les policiers municipaux répond-t-il à la situation réelle ? A Oullins comme ailleurs, des actes d’incivilité sont fréquents, les injures professées envers les policiers municipaux aussi, mais suffisent-ils à faire des délinquants des Al Capone auxquels il faudrait répondre par les armes ? Peut-on entendre sans frissonner, que le maire gratifie les policiers municipaux d’une arme pour leur envoyer un signe de confiance ? Enfin, prendre l’État d’urgence pour raison à l’armement des policiers municipaux, comme le fait le maire à Oullins, relève-t-il de la sécurité des Oullinois ?

Nous ne le pensons pas. Au contraire, il relève de la volonté de propager la peur, comme Mr Buffet a tenté de le faire en 2013 avec les demandeurs d’asile, et d’instiller un sentiment d’insécurité auprès de la population, notamment celle fragilisée par l’âge. Ce sentiment légitime induit des mesures toujours plus répressives et des investissements toujours plus importants en leur nom. Si certain/es croient se sentir protégé/es dans une ville aux policiers armés, ils/elles ne soupçonnent pas le danger auxquels ils vont être désormais exposés : des hommes dont la mission est d’assurer une présence rassurante auprès de la population vont être transformés, une ville globalement tranquille recèlera en son coeur un local convoité par le banditisme, où seront entreposées les armes.

Mais quelle mission la police municipale remplit-elle ? En tant qu’agents d’une police administrative, les policiers municipaux exécutent, dans la limite de leurs attributions et sous l’autorité du maire, les tâches que ce dernier leur confie en matière de prévention et de surveillance du bon ordre, de la tranquillité, de la sécurité et de la salubrité publiques (ils exécutent des arrêtés de police du maire, constatent, par procès-verbaux, des infractions à ces arrêtés). Les missions des policiers municipaux en matière de surveillance générale de la voie et des lieux publics s’inscrivent dans le cadre d’une police de proximité. Ils doivent donc travailler en étroite coordination avec les services de la police et de la gendarmerie nationales. Mais les missions de police municipale doivent rester clairement distinctes de celles de la police nationale, qui elle est armée.

Les policiers municipaux sont-ils les seules cibles sur l’espace public ? Non ! Les agents de surveillance de la voie publique (ASVP) en sont aussi. Il n’est pas pour autant question de les armer.

L’émotion suscitée par les drames que nous avons connus et connaissons est légitime, mais elle ne doit faire l’objet d’aucune récupération, corporatistes non plus.

Quelles autres conséquences encore aura l’armement de la police municipale  ? Sur le plan juridique : Une habilitation est nécessaire. Elle exige une formation continue avec des séances de tir, une connaissance précise des textes de loi relatifs aux catégories d’armes, des caractéristiques de la légitime défense, des jurisprudences.  Elle induit un recrutement spécifique. Sur le plan financier : Le coût supporté par les contribuables oullinois comprend celui de la formation des policiers, de l’achat des armes (1000€ par arme) puisque le maire refuse le prêt avec restitution après trois ans, de l’aménagement d’un local sécurisé et de sa surveillance.

Pas de commentaires pour le moment

Laisser un commentaire

Votre commentaire:

Permanence des élus

N'hésitez pas à nous contacter pour échanger !

Sur Rendez-vous : par mail : contact@oullinsdemain.fr ou par téléphone : 06 87 55 14 42

Maison des sociétés - rue Raspail - 1er étage