Jeudi dernier, le Parlement a définitivement adopté la proposition de loi doublant les délais de prescription pour les crimes (20 ans) et délits (6 ans). Justice sera mieux rendue aux victimes, pourrait-on dire, et enfreindre la loi sera justement puni. Voilà pour le constat, mais que faut-il comprendre au-delà du texte initial ?. Comme un train peut en cacher un autre, une loi peut masquer un amendement : Or, celui ajouté en octobre à ce texte initial ne sert pas l’intérêt général. L’amendement dont il est question plafonne la...