L’élection présidentielle 2017 a fait émerger une nouvelle donne : des élu/es, farouches opposants politiques jusqu’à présent, ont accepté de participer au concert politique dirigé par le chef d’orchestre présidentiel et de mettre en oeuvre des réformes, qu’ils/elles n’auraient pas imaginé ni voulu défendre jusqu’à ce jour. Cette symphonie d’un nouveau genre va se dérouler en plusieurs mouvements, dans lesquels les fausses notes, les couacs pourront se faire entendre : rester fidèle à cette partition ni de droite ni de gauche qui va nous être jouée pour le bien...