Demain s’avance La nuit longue de l’hiver se retire peu à peu, Caressant les journées de son drap étoilé Ou les tachant de l’encre de son obscurité. Nul ne sait les traits que prendra Janus sous peu.   Quel visage offrirons-nous à la tourmente ? Celui que la confiance irradie d’un sourire Ou celui ténébreux ridé des peurs qui  hantent ? Rose printanière, ouvre-toi à l’avenir   Et laisse tes pétales de sa rosée goutter ! Ils sont soixante à voleter et se poser Sur les âmes blessées par l’inégalité !...