En rejetant les crédits du programme Jeunesse et Vie associative du projet de Loi de finances 2012, les parlementaires socialistes ont voulu exprimer leur mécontentement à l’encontre de la politique gouvernementale menée pour la jeunesse et l’éducation populaire. Ce budget en trompe l’œil ne correspond  pas aux attentes que nous formons pour nos jeunes. Le gouvernement de François FILLON sera-t-il, en plus d’avoir été le responsable du plus grand plan social dans notre pays avec plus de 13 500 suppressions de postes dans l’éducation nationale en 2008,  le fossoyeur des associations ...