Qui peut encore penser que les économies d’énergie sont une mode et non une nécessité pour tous ?

Il y a 3 ans, un décret a fixé aux obligés (EDF-GDF, réseaux de chauffage, CNR, distributeurs de fioul domestique, exploitants d’installations thermiques) une obligation d’économies d’énergie. En aidant les particuliers ou les collectivités locales à faire des travaux d’économies d’énergie (moderniser des insatallations de chauffage, isoler des combles ou des toitures), les obligés sont bonifiés sous forme de certificats d’énergie et rétrocèdent aux usagers une indemnisation ou une prestation intellectuelle.

La ville d’Oullins participe à ce dispositif puisqu’elle procède au remplacement des chaudières des bâtiments municipaux, réalisant ainsi des économies d’énergie au sein de la collectivité. Les anciens bâtiments comme la maison Arlès Dufour, située au 44 grande rue, qui va bénéficier de travaux de rénovation et troquer sa verrière contre du double vitrage, réalisent aussi des économies d’énergie, donnant lieu à des indemnisations.

Ce cadre juridique a le mérite d’être incitatif pour les collectivités et si la ville d’Oullins sait entrer dans ce cadre, ni elle n’innove ni elle est modélisante et exemplaire dans le domaine des économies d’énergie, à se demander si l’Agenda 21, mis à toutes les sauces des délibérations du Conseil municipal, n’est pas la bonne conscience de la majorité municipale, à sa tête Mr Buffet, à laquelle on ne pourra pas reprocher de n’avoir rien fait.

Rien fait ? Non, effectivement ! Mais juste le minimum légal pour prétendre aux aides financières.

Il est en effet des communes où tout nouveau bâtiment municipal sert de vitrine en économies d’énergie aux habitants et donnent l’exemple d’installations réalisables dans leur logement ou copropriété.

A Oullins, la récente médiathèque est tout l’inverse : du haut de ses façades vitrées, elle emmagasine la chaleur l’été, obligeant la mise en service peu écologique de rideaux d’air frais, et se glace l’hiver, condamnant le chauffage à tourner davantage. Le renoncement au puits canadien est une autre raison de mécontentement.

Il est des communes encore où la municipalité, convaincue que les économies d’énergie doivent bénéficier aux quartiers les plus précaires énergétiquement et aux habitants les plus lourdement impactés par des charges excessives, commencent par améliorer leurs installations et réduire ainsi le montant de leurs charges avant de rêver à un futur écoquartier. Certaines municipalités imposent même des clauses aux promoteurs, exigeant que les logements d’un immeuble, voire du quartier entier, soient autonomes en énergie.

A Oullins, la majorité municipale frileuse, à sa tête Mr Buffet,  ne tente aucune innovation : éolienne, panneaux solaires, panneaux photovoltaïques, puits canadiens ne sont pas dans son logiciel de pensée.

La majorité municipale, à sa tête Mr Buffet, ne mène pas de campagne d’information ni d’incitation pour que les citoyens s’engagent dans des travaux d’isolation de leur logement ou apprennent à se déplacer autrement.

La majorité municipale, à sa tête Mr Buffet, attend…. Elle attend que les cadres juridiques s’étoffent et lui donnent l’espace de subventions adéquat  pour s’y engouffrer comme elle attend que se profile à l’horizon l’éco quartier que construira le Grand Lyon sur les anciennes friches SNCF, comme elle attend encore que la crise passe et que les habitants retrouvent du pouvoir d’achat, mais elle n’anticipe pas, elle n’innove pas, elle ne s’engage pas pour les Oullinois. Elle réserve aux plus aisés le privilège d’habiter écologiquement.

De quelle couleur peut bien se peindre un Agenda 21 dans ce conservatisme et ce manque d’audace ?

Pas de commentaires pour le moment

Laisser un commentaire

Votre commentaire:

Permanence des élus

N'hésitez pas à nous contacter pour échanger !

Sur Rendez-vous : par mail : contact@oullinsdemain.fr ou par téléphone : 06 87 55 14 42

Maison des sociétés - rue Raspail - 1er étage