Quel avenir sans qualification ?

Lancement des emplois d'avenir à l'Hôtel Matignon

Quelle société construisons-nous qui n’offre pas de perspectives d’emploi aux jeunes et les rejette ? Quelle évolution en espérons-nous en engluant l’élan de la jeunesse dans de longs mois de chômage, la cloisonnant dans des stages pour seules expériences professionnelles, lui réservant précarité et manque d’autonomie en plus du découragement ?

Un des engagements de F. Hollande durant la campagne présidentielle a été de vouloir combattre l’alarmant chômage des jeunes – 23% chez les 16-25 ans – et de créer d’ici 2014 150 000 emplois d’avenir pour les moins qualifiés d’entre eux. Ils sont 150 000 par an à sortir sans qualification du système scolaire ! – Pour eux, le chômage atteint 40% !-.

Une des premières lois du quinquennat, votée par le parlement le 9 octobre dernier, permet la création d’ici 2013 de 100 000 emplois d’avenir. Dès novembre 2012, des jeunes, sans ou avec peu de qualification, vont ainsi pouvoir bénéficier durant 3 ans auprès des collectivités locales et du secteur non marchand comme les associations, dont la contribution financière s’élève à 25% du coût du SMIC sur la base légale des 35 heures, d’un accompagnement par un tuteur/trice et d’un parcours qui leur ouvrira la voie vers un contrat de qualification. Cet engagement tenu a un coût pour l’Etat : 1,5 milliard euro par an, mais ce que l’on peut considérer à juste titre comme une dépense est largement équilibrée par l’économie que cette mesure implique.

En région Rhône-Alpes, ce sont  2,8 millions euros et 7 243 jeunes qui pourront enfin se bâtir un avenir. Encore faut-il pour ce faire que les collectivités et les associations leur tendent la main. C’est le cas d’ores et déjà de la ville de Saint-Fons, dirigée par sa sénatrice–Maire Christiane DEMONTES (PS) qui programme 25 emplois d’avenir au sein de sa mairie. Grâce à la volonté et à la solidarité de tous, les jeunes vont acquérir des compétences professionnelles et sociales et poursuivront à l’issue de ces 3 ans de formation leur parcours professionnalisant pour pouvoir enfin prétendre à un emploi.

Puisque les premiers emplois d’avenir vont être signés dès ce mois-ci, les délibérations du prochain conseil municipal d’Oullins, prévu le 29 novembre prochain, nous diront si le maire de notre commune est aussi empressé que d’autres à s’impliquer dans la formation qualifiante de notre jeunesse et à la sauver par l’embauche de ce sable mouvant nommé chômage ! Moins de dépenses en communication, en pic depuis quelques mois, plus d’écoute et du financement retrouvé pour des actions en direction des publics qui en ont besoin ?

Pas de commentaires pour le moment

Laisser un commentaire

Votre commentaire:

Permanence des élus

N'hésitez pas à nous contacter pour échanger !

Sur Rendez-vous : par mail : contact@oullinsdemain.fr ou par téléphone : 06 87 55 14 42

Maison des sociétés - rue Raspail - 1er étage