Programmation 2013 de la politique de la ville : mon intervention au conseil municipal du 14 avril 2013

 

La programmation 2013 de la politique de la ville comporte 25 actions, vous l’avez souligné, ce sont quelques-unes de  moins que l’année dernière. A parcourir leurs contenus, le dynamisme des associations oullinoises n’est plus à démontrer, car elles arrivent en tête des porteurs de projets en menant 14 actions sur les 25. Nous pouvons les remercier d’être si actives et de s’impliquer avec autant de ferveur auprès des habitants de tous les quartiers.

Nous nous réjouissons aussi de lire que de nouveaux projets ont été imaginés, au nombre de 5 : 4 d’entre eux sont exaltants et prometteurs. Je reviendrai sur le 5ème qui mérite un commentaire particulier.

Sur les 25 projets, 17 sont reconduits, pour certains depuis plusieurs années sans que nous puissions véritablement affirmer  qu’ils aient profondément amélioré les conditions de vie des habitants, ce qui constitue pourtant l’objectif visé par la politique de la ville et la raison de tant de financement public.

Je me permets à ce sujet de vous renvoyer au rapport publié par la Cour des comptes en juillet 2012 qui dresse un bilan très mitigé des actions menées depuis des décennies par la politique de la ville, où il est écrit, je cite le rapport : « qu’elles n’ont pas eu un impact suffisant pour changer durablement la vie quotidienne de la population et que l’amélioration de la situation n’est pas tangible dans certains quartiers, où la pauvreté et la précarité demeurent à des niveaux élevés et où l’insécurité persiste, dans un contexte aggravé par la crise. »

Et Oullins n’échappe pas à ce constat, quand bien même avons-nous été retenus pour mener une expérimentation. Et puisque le quartier de la Saulaie bénéficie d’une approche spécifique, je vous propose que nous nous y arrêtions un instant, pour une analyse moins euphorique que votre présentation, Mr Lavache, car la situation des populations, et je cite cette fois-ci l’observatoire national des zones sensibles, qui vivent dans les zones urbaines sensibles continue de se dégrader, le taux de pauvreté y est trois fois supérieur qu’ailleurs, l’emploi continue de reculer, le chômage augmente, les adultes y sont de moins en moins en bonne santé et ils rencontrent des difficultés dans l’accès aux soins ; C’est à peu près le constat qui était dressé de la Saulaie l’année dernière et qui a justifié l’expérimentation.

Nous aurions souhaité que la programmation que vous nous présentez ce soir s’accompagne d’une analyse fine des quartiers et que les actions ciblées soient en phase avec ce que nous apprenons dans ce rapport, à savoir que les ménages qui ont emménagé entre 2005 et 2009 sont souvent plus pauvres que les ménages déjà installés, que le sentiment de discrimination y est plus fortement perçu qu’ailleurs, que la situation des femmes souvent chargées de famille et en situation de monoparentalité est plus précaire vis-à-vis de l’emploi.

Nous savons que la programmation intercommunale du Sud Ouest lyonnais pour les actions intercommunales liées à l’emploi et au développement économique a fait l’objet d’une délibération du Conseil municipal du 14 février dernier et je n’insisterai donc pas sur ce point précis de l’emploi des femmes. D’ailleurs, dès l’année prochaine, cette séparation n’aura plus cours, nous aurons un contrat unique qui rassemblera les actions pour l’emploi et le reste de la programmation. J’insisterai en revanche sur les droits des femmes et je ne comprends pas qu’ils n’aient pas constitué une de vos priorités ni qu’aucune action n’ait été programmée pour elles en 2013. Nul ne saurait ignorer que les femmes comme les jeunes sont les victimes de la crise économique, à essayer d’élever leurs enfants tout en assurant financièrement la vie du foyer, détecté le plus souvent monoparental dans les quartiers prioritaires, elles ont des CDD, des missions d’intérim, travaillent à temps partiel, sont les 1ères licenciées, les 1ères mal indemnisées, les 1ères discriminées aussi.

J’ai sous les yeux le relevé de décisions daté du 19 février 2013 du Comité interministériel des villes, pour lequel François LAMY, Ministre délégué à la ville, a préparé des décisions : La décision N°14 s’intitule droits des femmes et elle recouvre aussi bien le développement de l’activité économique des femmes des quartiers que l’accès des femmes des quartiers populaires aux actions d’information sur les droits des femmes (le CIDFF). Je suis scandalisée que la politique de la ville les oublie à Oullins quand j’ai moi-même porté la 1ère action de ma campagne aux élections législatives 2012 sur l’égalité hommes femmes et ai organisé dans le cadre de cette action une rencontre avec le CIDFF.

Il est d’autre part une priorité d’intervention que vous avez choisie, celle de la santé, dont le faible nombre de projets, 1, et l’absence d’un projet fondamental m’interroge sur le regard que vous portez à la population de notre commune. Comment ne pas s’interroger en effet sur votre appréhension de la réalité quand constat est fait que ce domaine, la santé, n’appelle qu’un seul projet, alors que les personnes en situation économique difficile et tout particulièrement celles des quartiers prioritaires ont eu de moins en moins accès à la santé depuis ces dernières années, et n’avaient plus les moyens de se soigner ?

Comment ne pas s’interroger encore sur la cohérence de votre projet en direction des personnes âgées. Alors que vous clamez haut et fort que vous avez crée un pôle séniors, que la moindre action développée en direction des personnes âgées fait la une du magazine Profil, que vous avez conclu à travers le bilan des besoins sociaux que les personnes âgées étaient le public d’actions municipales à Oullins, vous négligez totalement l’isolement des personnes âgées vivant dans les quartiers prioritaires. Or, nous attendions qu’il constitue une lutte de tous les instants et de tous les quartiers. Pourquoi rien n’est-il fait pour les personnes âgées de la Saulaie et rien entrepris contre leur isolement ?

La ville sera rattrapée heureusement l’année prochaine  car cette action figure dans la décision n° 9 du comité interministériel.

Je m’arrêterai enfin sur 3 dernières actions. L’une d’elles, parmi les 5 nouvelles dans la programmation de cette année, le city stade à la Saulaie : je ne peux m’empêcher de dire enfin, bienvenu le stade puisque vous l’aviez promis aux jeunes du quartier lors de votre campagne des municipales 2008. Que le CUCS puisse aider au financement d’un aménagement sportif pour les jeunes du quartier qui n’ont pas d’espace pour jouer et se retrouver est une bonne nouvelle, que vous fassiez appel au CUCS pour financer vos promesses électorales non tenues et alimenter votre future campagne 2014 est plus contestable, pour ne pas dire honteux.

La seconde action est le « transport en copains » qui assure le transport au centre Moreaud des enfants inscrits au centre social de la Saulaie et du Golf. C’est une action qui remporte toute notre adhésion, bien entendu. Les personnes âgées ont leur navette, dont les horaires ont été élargis tout récemment, après le questionnaire de satisfaction que vous leur avez distribué en décembre durant le spectacle de fin d’année. Cette navette est un service municipal aux personnes, bien normal. Pourquoi les enfants et leurs parents, habitants des quartiers de la Saulaie et du Golf, ne pourraient-ils pas bénéficier eux aussi d’un service municipal à terme sans appeler forcément le CUCS à la rescousse ?

Enfin, et je terminerai là mon intervention : la réussite éducative qui a pour nom à Oullins le busing durablement installé, contre avis du préfet. 65 enfants de la Saulaie sans école sont véhiculés tous les jours dans la ville pour rejoindre un quartier dans lequel les habitants ont la chance eux d’avoir une école pour leurs enfants. Ce n’est pas le cas des habitants de la Saulaie. Notons au passage que 4 autres quartiers auront subi le même sort que la Saulaie sous votre ère, puisque vous détenez le triste record de 5 écoles fermées. Et ce busing est une telle réussite éducative, que les enfants, busés ou abusés, au choix ont tout intérêt à comprendre du premier coup ce qui leur est enseigné en cours car ils sont les seuls de l’école qu’ils fréquentent à ne pas pouvoir conjuguer balade en bus et étude après l’école. Le bus les ramasse avant qu’ils n’aient eu le temps de bénéficier comme les autres enfants du quartier où est implantée l’école d’une aide aux devoirs, plus individualisée, et d’explications complémentaires. Ces enfants sont condamnés à être busés, c’est-à-dire à accumuler les difficultés scolaires, parce que, si leurs parents ne peuvent pas les aider à la maison, ils sont de toute façon privés d’étude ; C’est ce que votre majorité municipale appelle l’égalité des chances.

Nous voterons pour cette programmation et espérons beaucoup sur les décisions prises par Mr LAMY.

Pas de commentaires pour le moment

Laisser un commentaire

Votre commentaire:

Permanence des élus

N'hésitez pas à nous contacter pour échanger !

Sur Rendez-vous : par mail : contact@oullinsdemain.fr ou par téléphone : 06 87 55 14 42

Maison des sociétés - rue Raspail - 1er étage