Piètre rôle !

Coup de théâtre pour les Français : l’acteur Gérard DEPARDIEU, dont les revenus bien supérieurs au 1 million d’euros auraient été soumis dès cette année et pour deux ans à la contribution exceptionnelle de solidarité, si le Conseil constitutionnel l’avait validée en 2013, a déclamé son exil fiscal. Les Français attendaient de l’acteur moins d’amateurisme et qu’il use de ses talents pour mettre en scène « le dépossédé imaginaire ». Au lieu de cela, il nous joue depuis quelques semaines un bien médiocre rôle, dans lequel les cinéphiles ne rêvent plus à voir leur idole amonceler sa fortune sur leur dos, grâce aux multiples recettes enregistrées par les entrées au cinéma des Françaises et des Français aux fins de mois difficiles qui ne font pas non plus rêver mais qui se ressourcent le week-end pour 9€ à 11€ tarif plein, et à le voir refuser 2 ans de solidarité, eux qui passent leur vie à compter et à restreindre leurs sorties.

Mais Depardieu et ses excès outranciers et indécents nous ramènent à une réalité : les écarts entre les plus aisés et les plus démunis se creusent et il y a urgence à les colmater, en rappelant que la solidarité n’est pas qu’une contribution pour les uns et une aide financière pour les autres, elle nourrit aussi un espoir d’un avenir proche meilleur et contribue à ressouder notre société qui se fissure.

C’est la raison pour laquelle la décision du Conseil constitutionnel de rejeter temporairement la taxation à 75% est dommageable : elle nuit essentiellement à la cohésion de notre pays. Notre gouvernement quant à lui a d’ores et déjà calculé 40 milliards€ d’économies dans le budget 2013 tandis que la taxe à 75% n’en générait que 500 millions€.

S’il faut, pour rendre cette taxation possible, qu’elle soit assise comme l’impôt sur le revenu sur le foyer fiscal et non sur les personnes, n’hésitons pas une seconde à effectuer ce réajustement égalitaire. Mais sachons la défendre contre des Depardieu qui confondent solidarité avec spoliation. S’ils étaient astreints à la pauvreté de certains, ils mesureraient la marge et nuanceraient leur tirade!

Le Président de tous les Français, F. Hollande

Pas de commentaires pour le moment

Laisser un commentaire

Votre commentaire:

Permanence des élus

N'hésitez pas à nous contacter pour échanger !

Sur Rendez-vous : par mail : contact@oullinsdemain.fr ou par téléphone : 06 87 55 14 42

Maison des sociétés - rue Raspail - 1er étage