Pierre Bénite 13 janvier 2017 : Mes voeux de candidate aux élections législatives 2017

Bonjour à toutes et à tous,

Ce vendredi 13 n’a pas été choisi par hasard, il augure pour vous qui êtes là ce soir, réunis, une très belle année 2017, c’est en tout cas celle que je vous souhaite, comblée de joies personnelles auprès de vos proches, comblée de petites doses homéopathiques de bonheur, celles que l’on avale d’un trait quand la journée a rayonné de respect mutuel, quand l’action entreprise est saluée par le plus grand nombre, quand nous savourons l’harmonie entre nos actes et nos convictions, quand on respire ce monde qui avance parce qu’il grandit les plus petits.

Votre présence ici ce soir n’est pas due au hasard non plus. Elle témoigne avec bienveillance de ce qui nous unit : L’idée que nous nous faisons à gauche d’un monde d’équilibres, l’idée d’un monde juste, équitable, digne que nous partageons, des directions communes que nous voulons tracer et pour signalisation des valeurs essentielles que l’on ne peut pas amputer.

Pour certaines et certains d’entre nous, le balisage à la veille des élections nationales dans notre pays est avant tout économique, pour d’autres il sera écologique, pour d’autres encore sociétal.

Le nôtre dans cette campagne, le mien est prioritairement éducatif et au-delà du panneau éducation s’impose celui de la formation et de la qualification.

Notre territoire est peuplé d’enfants et de jeunes : 7 lycées dont 4 professionnels, 12 collèges, 26 écoles maternelles et près de 50 écoles primaires et élémentaires les accueillent, eux à qui nous devons passer un message de confiance.

J’inscris sur ces panneaux éducatifs l’apprentissage des savoirs, mais son accès étant démultiplié par l’accès au numérique, j’y inclus surtout la réflexion critique, l’éducation à la culture, l’éducation à la citoyenneté, l’éducation au développement durable, l’ouverture sur le monde et la mobilité, une irrigation transversale qui élève peu à peu les enfants en adultes.

Le métier d’enseignante que j’exerce, auquel j’ajoute ma mission à la direction académique aux relations européennes et internationales et à la coopération, mon rôle de mère de famille aussi sont autant de convictions assorties d’actions concrètes que je manifeste et déploie pour la jeunesse, consciente que le monde dans lequel elle vit aujourd’hui est compliqué et complexe, que tous les enfants ne naissent pas égaux dans l’approche éducative et que c’est désormais à l’école d’endosser plusieurs rôles, pour que chaque enfant, chaque adolescent puisse rester unique, tout en apprenant des autres auxquels il ne ressemble pas, mais qu’il rejoint.

Comment bâtir un projet de société rassemblant donc toutes les générations avec moins d’école ? Comment construire l’avenir en marchandisant l’action éducative ? Comment encore appréhender les évolutions du monde économique et comment les anticiper en obstruant la formation professionnelle tout au long de la vie et la sécurisation des parcours ? Comment enfin nous rencontrer, partager et faire entrer le monde dans nos communes et nous approprier une identité commune sans un mélange de cultures et une diversité d’actions culturelles ?

Notre territoire là encore est florissant de lieux et d’événements culturels – je pense à « Ca Jazz fort » à Francheville, « A nous de voir », le festival du film scientifique à Oullins, celui du film africain à Ste Foy. Tous sont menacés financièrement dans leur existence, parce que des irresponsables n’en comprennent pas les enjeux pour notre société et leur préfèrent des ruptures, mais quel avenir la France, si fière d’être diverse, a-t-elle, si les cultures ne se mêlent plus ?

J’ai lu récemment un proverbe africain qui m’a plu, parce qu’il disait : la culture est la possibilité même de créer, de renouveler et de partager des valeurs, le souffle qui accroît la vitalité de l’humanité.

C’est parce que l’Education est notre socle commun, qu’elle se nourrit de valeurs incontournables tout en s’adaptant aux évolutions technologiques et aux publics, c’est parce que les cultures sont aussi nos valeurs que David et moi en ferons deux des axes de la campagne des législatives. Nous candidats et nous élus, nous serons vigilants comme nous le sommes dans nos communes. Nous développerons d’autres pistes d’organisation scolaire et périscolaire qui favorise les rythmes des enfants, leurs apprentissages et leur regard sur le monde, nous proposerons des lois en faveur du monde associatif qui participe à l’éducation et à la rencontre des publics dans le respect des règles communes, nous continuerons l’action menée par F. Hollande en faveur de la formation professionnelle tout au long de la vie dans le cadre du compte personnel d’activité , gage de reconversion possible et positive dans une économie qui mute, nous proposerons des compléments au compte d’engagement citoyen visant la reconnaissance du bénévolat associatif, nous proposerons que soient développés davantage encore les dispositifs pour les jeunes – je pense au service civique – qui leur permet de se confronter à de multiples situations, de préciser leur choix de vie et de formation, de prendre conscience qu’ils apportent beaucoup et qu’ils sont eux aussi des citoyens. Nous encouragerons la création et soutiendrons les scènes culturelles plurielles.

Candidats PS de la 12ème circonscription du Rhône, nous sommes David et Joëlle 2017, même binôme qu’en 2012. Nous ne lâchons rien, sommes dans la continuité.  Nous avons aimé travaillé ensemble en 2012. En 2012 j’étais titulaire et David suppléant. Notre adversaire à droite était Michel Terrot, oullinois. Rappelez-vous quel a été notre score à Oullins ! Nous l’avons battu dans son fief ! Rejoints au second tour par EELV et le PC, nous avons rassemblé à Oullins 4894 voix et obtenu 52, 72 % des suffrages quand M. Terrot, ancien maire de la ville et candidat pour un 7ème mandat avec 4389 voix n’obtenait que 47,28%. Aujourd’hui notre adversaire à droite est son héritier. Ex- assistant parlementaire de M. Terrot, Mr Moroge est allé habiter stratégiquement à Pierre bénite et en est devenu maire en 2014. Il est donc logique que David et moi inversions notre binôme. Nous avons fait ce choix ensemble car si la circonscription reste inchangée, les candidats, nos adversaires de droite eux ont changé, la situation politique aussi. Lui comme moi aspirons à une gauche forte, lui comme moi ne vivons pas dans un paysage ni de droite ni de gauche, lui comme moi soutenons un candidat pour les primaires, et le fait que ce ne soit pas le même prouve jusqu’où va notre complémentarité.

Sachez que nous sommes forts et fiers, David et moi, de notre engagement militant cumulé à notre investissement professionnel : En exerçant chacun notre métier, lui dans une entreprise privée, moi pour un Ministère public, nous bâtissons aussi des ponts. Notre métier nous recentre sur les espoirs des personnes que nous côtoyons dans notre champ d’actions professionnel, il aiguise notre écoute et engagés comme nous le sommes dans notre territoire, la 12ème, dans nos communes, il nous aide à agir pour l’avenir car comme disait l’écrivain Georges Bernanos « On ne subit pas l’avenir, on le fait ! ».

 

 

 

 

1 Comment to “Pierre Bénite 13 janvier 2017 : Mes voeux de candidate aux élections législatives 2017”

  1. jean dit :

    Trés beau discours !

Laisser un commentaire

Votre commentaire:

Permanence des élus

N'hésitez pas à nous contacter pour échanger !

Sur Rendez-vous : par mail : contact@oullinsdemain.fr ou par téléphone : 06 87 55 14 42

Maison des sociétés - rue Raspail - 1er étage