OULLINS GARE BIENTÔT – GRANDE RUE D’OULLINS AUJOURD’HUI

 

Nous, élus socialistes, fiers que la présidence socialiste du SYTRAL en la personne de Bernard RIVALTA, ait une vision d’avance des transports en commun et ait engagé les financements publics nécessaires au prolongement de la ligne B du métro à Oullins, avions donné rendez-vous hier samedi 5 octobre à Oullins gare aux président/es d’associations et aux habitants.

Si nos échanges avec les Oullinois ont bien entendu ciblé la rapidité des travaux (4 ans), l’investissement conséquent (250 millions€) par le Grand Lyon pour ce bel ouvrage, la durabilité du revêtement en marbre  de la station de métro, l’amplitude horaire des rames de 5h30 à minuit, les 10 emplois que cette nouvelle desserte va générer, nous avons bien naturellement aussi parlé d’Oullins et de son avenir, que l’arrivée du métro et le choix politique de l’aménagement du site sauléen des friches SNCF vont tracer, mais aussi de la Grande rue, nouvellement embellie comme nous le promettait la publicité. Et voilà ce que nous avons entendu :

« C’est vrai que les bus circulent et se croisent maintenant, mais vous avez vu, ils sont plus souvent bloqués par les camions de livraison qui déchargent !.

« C’est vrai, on voit des piétons assis à discuter en face à face sur le mobilier urbain placé à intervalles réguliers, c’est mieux que dans les parcs où il n’y a rien pour se reposer !».

Mais l’incontestable embellissement s’arrête aux dires de tous à ces deux seules améliorations. Le pire arrive :

« Ils ont pensé aux piétons ? Tiens, l’autre jour j’ai vu des personnes âgées qui n’osaient pas traverser maintenant qu’il n’y a plus de passage protégé matérialisé, tellement elles avaient peur des voitures qui roulent en flux continu. C’est sûr, elles n’ont plus la vélocité pour se dépêcher quand un automobiliste veut bien consentir à s’arrêter ».

« Vous avez déjà vu les personnes à mobilité réduite ? Et les jeunes parents ? C’est la même chose pour les assistants maternels qui promènent les enfants en poussettes. Pareil pour les personnes âgées ! Tout le monde redoute ce pavage inégal à certains endroits. C’est sûr, ça fait joli sur les trottoirs, mais c’est difficile pour tous ces gens qui ont du mal à marcher de garder l’équilibre ».

« Vous avez entendu les commerçants de proximité ? Ils n’ont plus de stationnement à proximité de leur local, eux qui ont déjà subi un an de sacrifice à cause des travaux, aujourd’hui leur clientèle se fait rare. C’est sûr, mieux vaut aller dans les grandes surfaces, là au moins il y a des parkings gratuits et bien plus faciles d’accès. Vous croyez que les gens ont le temps de faire le tour de la ville pour trouver une place quand ils rentrent du travail et qu’ils s’arrêtent rapidement pour les courses ? ».

« Et les cyclistes ! On se souvient qu’ils existent parce qu’ils sont dessinés sur la rue là où passent les voitures, mais eux ils ne risquent pas d’emprunter la Grande rue ! Pensez ! Ils ne veulent pas être asphyxiés ni renversés ! Il aurait fallu leur réserver une voie ! ».

«  Et vous avez déjà vu les automobilistes qui débouchent sur la Grande rue ? Paraît qu’elle est en zone 30 ! Soi disant qu’ils ont la priorité ! Ils mettent des heures à s’engager dans la Grande rue, jamais les voitures, qu’elles soient descendantes ou montantes, ne veulent les laisser passer ! »

« Et les enfants, vous avez pensé aux enfants ? Dire qu’on leur apprend dès leur plus jeune âge qu’il faut traverser au feu et sur le passage protégé ! Je peux vous dire que leurs parents ont des sueurs froides maintenant ! Plus question pour eux de les laisser traverser ! »

La liste des commentaires mécontents et critiques entendus aujourd’hui est longue… Le maire sortant a dans cette histoire d’embellissement tout simplement oublié ses habitants.

Pas de commentaires pour le moment

Laisser un commentaire

Votre commentaire:

Permanence des élus

N'hésitez pas à nous contacter pour échanger !

Sur Rendez-vous : par mail : contact@oullinsdemain.fr ou par téléphone : 06 87 55 14 42

Maison des sociétés - rue Raspail - 1er étage