Où logeront les 10 familles en appel de leur demande d’asile à Oullins ?

10 familles dont 22 enfants de 7 mois à 11 ans, hébergées dans le foyer Adoma à Oullins, ont été déboutées de leur demande d’asile. Le danger auquel elles sont exposées dans leur pays et leur santé précaire les ont conduites à faire appel et à espérer encore obtenir le statut de réfugiées. Devant céder la place à des primo-demandeurs d’asile, ces familles n’ont donc plus de logement assuré à Oullins depuis début avril.
Après une marche de solidarité, organisée le 9 avril dernier à l’initiative de l’association Asseda, les dix familles sont temporairement hébergées à l’hôtel. Mais pour combien de temps ?
L’agglomération lyonnaise est un des principaux lieux d’accueil des migrants en France, tandis que d’autres départements et régions sont moins, voire pas sollicités. Face à cet afflux de populations, le préfet du Rhône fait donc valoir la solidarité territoriale et demande aux autres collectivités d’ouvrir leurs foyers : seule la contribution de l’ensemble des territoires peut participer à l’équilibre et faire entendre l’urgence d’accueillir les populations migrantes.
Provisoirement, le préfet du Rhône a trouvé une solution d’hébergement – l’hôtel – pour 9 familles, le maire d’Oullins a promis qu’il en ferait de même pour la 10ème que l’école Ampère ne pouvait plus accueillir.
Mais cette réalité nous met face à nos responsabilités d’élus : j’avais proposé lors d’un CA du CCAS (conseil communal d’action sociale) sous le précédent mandat, que le CCAS, donc la ville, achète, dans le cadre de l’aide d’urgence, des logements « glissants » qu’elle pourrait ainsi mettre à disposition de familles plongées dans la précarité – familles « décomposées » que la séparation endette et qui temporairement ne sont pas en capacité de payer deux loyers, mais aussi familles en demande d’asile – et qu’elle accompagnerait pour surmonter leurs difficultés.
700 logements vacants sont comptabilisés sur la ville : certains sont insalubres, d’autres inaccessibles, mais il en est sans aucun doute parmi ces 700 que la ville pourrait préempter et rénover à des fins sociales. Un observatoire du logement, que la gauche a toujours soutenu et proposé dès 2008, n’est toujours pas mis en place par la municipalité. Une des mutualisations que font naître la création de la métropole pourrait bien être aussi cet observatoire métropolitain du logement vacant.
La toute dernière tragédie humaine qui a coûté la vie à 700 migrants dans nos eaux, celles de la Méditerranée, nous intime de ne pas rester sourds aux populations migrantes qui nous supplient de leur accorder la vie.

Pas de commentaires pour le moment

Laisser un commentaire

Votre commentaire:

Permanence des élus

N'hésitez pas à nous contacter pour échanger !

Sur Rendez-vous : par mail : contact@oullinsdemain.fr ou par téléphone : 06 87 55 14 42

Maison des sociétés - rue Raspail - 1er étage