On ne naît pas terroriste

Après l’effroi des attentats de janvier et le besoin de revendiquer, rassemblés en une marche silencieuse, la liberté exprimée par Charlie Hebdo et protégée par les forces de police, et l’attachement à la laïcité, grâce à laquelle se côtoient les multiples croyances, certains partis politiques, qui ne gouvernent pas, s’emparent de la tragédie et jouent l’amalgame. Le drame est leur scandaleuse poule aux œufs d’or : immigration, peur de l’autre, racisme, bouc émissaire…

On ne naît pas terroriste, mais certain/es peuvent grandir et le devenir. Aussi l’école est-elle à nouveau décrétée carencée et missionnée pour mieux accompagner les jeunes dans la compréhension et le respect des valeurs de notre République.

Mais l’accompagnement éducatif est-il de la seule responsabilité de l’école ?

Les parents, bien sûr, sont associés. Mais que peut la coéducation (parents – école) dans une France dont l’économie et les politiques refusent de longue date à certains jeunes qu’ils survivent aux difficultés dans lesquelles leurs familles sont immergées ?

Nous ne mesurons sans doute pas auprès de ces jeunes le sentiment de rejet, nourri au fil des années par des politiques partisanes qui sous-estiment la responsabilité de l’action publique et le bénéfice du rassemblement dans un dialogue contradictoire mais fécond.

Localement par exemple : pourquoi certains maires refusent-ils de proposer des contrats d’avenir à des jeunes sans qualification comme c’est le cas à Oullins ? Pourtant :

Emploi d’avenir = formation = contrat d’apprentissage = qualification = emploi = dignité

Pourquoi ont-ils boudé durant des années le projet éducatif territorial comme c’est le cas à Oullins, commune dont 4 quartiers étaient inscrits en politique de la ville, et pourquoi le sous-traitent-ils aujourd’hui, comme c’est le cas à Oullins, à un prestataire privé, alors que seule une alliance éducative, rassemblant collectivités locales, associations, écoles, peut prendre en compte les multiples difficultés auxquelles se heurte un jeune et l’aider à les surmonter ?

Pourquoi certains maires comme Mr Buffet ne brandissent-ils encore que des charges quand ils parlent de la réforme des rythmes scolaires au lieu de vanter l’investissement pour l’avenir ? Quelle que soit la catégorie socio professionnelle de leurs parents, les enfants peuvent désormais s’épanouir dans des activités de découverte intégrées dans leurs journées d’école.

Ecole = temps d’apprentissage + temps d’activités de découverte = plaisir d’apprendre + justice sociale  

Toute action politique porte en elle une vision et interroge : pourquoi le maire d’Oullins fait-il le choix de ne recevoir en mairie que les champions sportifs et néglige-t-il d’encourager de sa voix les plus nombreux, moins chanceux ou sportifs de loisir ? Pourquoi décide-t-il de ne décerner les « talents d’or » qu’à des projets d’individus et en oublie-t-il les projets associatifs de jeunes, porteurs de solidarité et de civisme ?

Mais comment peut-on naître dans un pays, protégé par la laïcité qui assure à chacun/e une liberté de penser et de croire ou de ne pas croire, et devenir terroriste, adepte d’une pensée unique, conquérante et meurtrière ?

Comment la fragilité, sans doute entretenue par l’absence d’avenir, l’absence de rêve, l’absence d’estime de soi, peut-elle se muer en solidité féroce ?

Une des réponses réparatrices réside sûrement dans le dialogue et non dans la fracture : entreprises, familles, école, collectivités, associations, partis politiques…ensemble pour qu’à toutes et tous et à tous les jeunes notamment soit reconnue une place dans notre société.

Pas de commentaires pour le moment

Laisser un commentaire

Votre commentaire:

Permanence des élus

N'hésitez pas à nous contacter pour échanger !

Sur Rendez-vous : par mail : contact@oullinsdemain.fr ou par téléphone : 06 87 55 14 42

Maison des sociétés - rue Raspail - 1er étage