Objectif Métropole

L’Eurométropole que le Grand Lyon a toutes les chances d’incarner bientôt à la faveur de la prochaine loi de décentralisation, au projet duquel travaille Mme Marylise Lebranchu, Ministre de la Réforme de l’Etat, de la décentralisation et de la Fonction publique, sera issue de plus d’un siècle d’évolution constante. En effet, alors que les départements sont devenus des collectivités locales en 1871, représentées par les conseillers généraux, que les communautés urbaines ont été crées en 1966, que les régions se sont développées en 1982 par la loi Defferre, que la loi Chevènement a fait naître l’intercommunalité en 1999 et les a dotées financièrement, que la réforme 2010 a permis le pôle métropolitain, la nouvelle loi qui sera votée en novembre 2013, dont le but, nous a-t-on expliqué jeudi 7 mars dernier, est d’adapter l’organisation territoriale à la diversité des territoires, d’accroître la performance de l’ensemble des collectivités et de créer les conditions de la croissance économique, ouvrira à l’agglomération lyonnaise un nouveau destin, celui d’une Eurométropole qui se substituera au Grand Lyon et au Conseil général et réunira leur budget respectif de 2 milliards et 2,14 milliards€.

Dès lors que Gérard Collomb et Michel Mercier ont pactisé, nous sommes toutes et tous dans l’expectative : le Grand Lyon et ses nombreuses créations d’entreprises (15 000 en 2010), ses multiples emplois crées (10 000 en 10 ans), son extension du parc tertiaire (+36% en 10 ans), ses investissements considérables (+ de 3 milliards en 3 ans) qui ont bénéficié grâce à la péréquation prioritairement aux communes de Vaulx en Velin, Vénissieux et Bron , son développement accéléré des transports en commun (plus d’1 milliard€ à chaque mandat), peuvent-ils nous laisser espérer un mimétisme au sein de l’Eurométropole qui est appelée à rejoindre les 300 villes structurant l’économie mondiale et à inscrire la France dans la « banane bleue » aux côtés de l’Allemagne, la Hollande, la Belgique, la Scandinavie et l’Europe de l’Est ?. Lyon et son agglomération : ville centre autour de laquelle se resserreront les pôles urbains qui maillent le territoire, cœur de l’espace métropolitain qui se renforcera grâce à eux.

En réunissant le Grand Lyon et le Conseil général couvrant les zones urbaines, la métropole lyonnaise veut aussi avancer dans la complémentarité et la cohérence et repenser les problèmes de logement de la construction au suivi des foyers en difficultés, ceux de l’enfance depuis la garderie jusqu’au collège…

Cette nouvelle étape dont on nous dit qu’elle marquera la fin des périphéries et le début des pôles de développement, sans pour autant concéder de dotations supplémentaires, mais s’asseoir sur une autonomie fiscale, laissera-telle un espace de compétences aux communes?

On comprend que le maire d’Oullins, percutant dans sa course à la mairie de Lyon le projet de métropole européenne, ait viré de bord et renonce désormais à se faire briser par la lame de fond de des primaires au sein des UMP locaux. Son ambition vient d’être glorifiée par la future naissance de la métropole et le chevalier guerrier a trouvé une nouvelle croisade, qu’il place au-dessus de la bataille lyonnaise perdue d’avance, plus à la hauteur de son envie de conquête. L’ambition suscite le besoin de conquête, mais l’esprit de conquête ne génère pas forcément l’action, car si Mr Buffet  communique à l’envi sur ses engagements de 2008 pour Oullins, ni lui, ni Mr Terrot, ni Mr Gentilini, élus au Grand Lyon, n’ont jamais rien restitué aux Oullinois de leur présence, efficace ou non,  à la communauté urbaine.

Il n’en reste pas moins que ce projet d’eurométropole lyonnaise sera pour toutes les candidates et les candidats aux mairies un formidable projet politique de ces prochaines élections municipales.

Pas de commentaires pour le moment

Laisser un commentaire

Votre commentaire:

Permanence des élus

N'hésitez pas à nous contacter pour échanger !

Sur Rendez-vous : par mail : contact@oullinsdemain.fr ou par téléphone : 06 87 55 14 42

Maison des sociétés - rue Raspail - 1er étage