Menace sur les emplois du Pôle Vinylique d’Arkema

Nous apprenons qu’ARKEMA a en projet de se séparer de son pôle vinylique et de le céder au fond d’investissement KLETSCH, connu pour n’avoir aucun passé industriel.  Quel est l’avenir de cette cession ?

ARKEMA, premier chimiste français, n’a-t-il pas  une responsabilité industrielle dans notre pays, celle de porter le développement économique de la France et de lui assurer un vaste tissu industriel, créateur d’emplois ?

ARKEMA, premier chimiste français, n’a-t-il pas une responsabilité sociale dans notre pays, celle de s’appuyer sur tous ses salariés pour changer l’avenir, comme il l’a su le faire pour construire son groupe ?

Nous serons dès le 4 décembre 2011 auprès des 2700 salariés, dont 1800 en France,  et de leurs familles, menacés dans leur dignité par la précarité de leur emploi si ARKEMA choisit d’abandonner la chlorochimie au profit de la finance.

Nous serons auprès de tous les salariés et de leurs familles qui après avoir contribué à la prospérité du Groupe seront privés d’avenir, laissés au bord du chemin.

Nous serons auprès de tous les salariés et de leurs familles qui travaillent quotidiennement à donner à la France le poids d’une puissance économique à la hauteur des enjeux européens et mondiaux tandis qu’ARKEMA se valorise auprès des marchés boursiers.

ARKEMA nous habitue hélas régulièrement à des plans sociaux dictés davantage par les exigences des actionnaires que par une réelle politique industrielle. Le Sud Lyonnais, avec la vallée de la chimie, a tissé au fil des décennies des liens étroits avec l’industrie ; aujourd’hui c’est le site de Saint Fons qui est menacé, comme hier celui de Pierre-Bénite. Souvenons-nous du plan social qui avait vu sur notre territoire la suppression de plus de 220 emplois, c’était il y a 5 ans. A chaque fois, ce sont des familles et l’économie qui sont touchés. Nous avons besoin d’une vraie politique industrielle, d’une politique qui créée des emplois au lieu de les détruire au nom du profit.

Il est urgent de tourner cette page de la spéculation boursière qui dépouille notre industrie et de revenir à la valeur travail dont toute la société tirera profit.

Pas de commentaires pour le moment

Laisser un commentaire

Votre commentaire:

Permanence des élus

N'hésitez pas à nous contacter pour échanger !

Sur Rendez-vous : par mail : contact@oullinsdemain.fr ou par téléphone : 06 87 55 14 42

Maison des sociétés - rue Raspail - 1er étage