Les voeux du maire : de quelle année veut-il parler ?

Mairie d'Oullins

 

J’ai rencontré mercredi 9 janvier dernier, lors des vœux qui lui étaient adressés par la mairie, le personnel municipal, plus de 300 personnes, visages familiers pour les uns, tant leur expérience professionnelle est attachée à la ville, visages moins connus pour les autres pour celles et ceux employés en contrats courts, ceux-là mêmes pour lesquels les partenaires sociaux demandaient une taxation que leur refusait jusqu’à aujourd’hui la présidente du MEDEF, Mme Parisot, sous un des prétextes mensongers que la fonction publique en serait le plus grand pourvoyeur (3/4 des CDD courts sont en réalité alimentés par le secteur marchand qui de 5 millions en 2001 les a fait passer à 11 millions en 2011).

J’ai retenu des voeux du directeur général des services sa métaphore du bateau traversant la tempête, réduisant sa voilure (comprenez les moyens financiers) pour l’affronter et la maitriser et voguant avec de nouveaux outils informatiques pour plus d’efficacité !

Que me reste-t-il en mémoire des vœux que le maire a présentés cette année 2013 au personnel municipal ?

Son apologie des services rendus à la population, illustrée par la navette et le restaurant « au goût du jour » pour les personnes âgées, passant sous silence que certains de ces services n’ont été maintenus que par le combat d’une fédération de parents d’élèves, d’un collectif d’habitants et de l’opposition municipale : l’accès aux cantines scolaires à tous les enfants, quelle que soit la situation familiale et sociale de leurs parents, l’accès aux crèches à tous les enfants, quelle que soit la précarité de revenus de leurs parents, l ‘annexe de la bibliothèque Montlouis n’ont survécu que grâce à eux.

Sa fierté à défendre un tracé du TOP qui ignore tout développement des transports en commun et à entrainer dans son sillage des pétitionnaires qu’il harangue, mais auxquels il se garde de révéler le caractère post-mortem de sa vision dépassée des déplacements à Oullins et dans notre agglomération,  preuve qu’il n’a aucune conscience ni des bouchons, vécus au quotiiden par les Oullinois qui partent au travail et en reviennent, ni de leur santé qui se dégrade. La commission nationale du débat public vient d’écarter la possibilité d’une étude du tracé long, tout voitures et coûteuse, proposition indéfendable de Buffet qui à son tour a annulé la réunion publique qu’il avait programmée mercredi prochain. Vous pourrez lire prochainement sur ce site la contribution sur le TOP-Anneau des sciences  des élus socialistes et apparentés d’Oullins, dans laquelle développement et rayonnement économiques, reconquête apaisée de certains quartiers d’Oullins et extension intense des transports en commun et modes doux  signent un espoir au lieu d’attiser des peurs.

Sa componction à l’égard de la bastonnade médiatique qu’il a reçue pour s’être déversé dans la presse en faveur du rattachement d’Oullins  à Lyon, faisant de notre commune le 10ème arrondissement. Ce coup de tonnerre, déclenché par le maire, a eu pour effet de faire parler de Mr Buffet, prétendant utopiste à la présidence du Grand Lyon, contraint sous peu de choisir entre maire et sénateur par la nouvelle loi sur le non cumul des mandats. Comment ignorer que Mr Buffet a tactiquement intérêt à ce qu’Oullins glisse vers Lyon, lui évitant ainsi d’abandonner le navire oullinois et lui permettant de faire sa place ailleurs,  pour emprunter le registre métaphorique de son directeur des services ?. Comment ne pas le désavouer de bâillonner le débat qui devrait s’engager sur l’acte 3 de la décentralisation et sur la création de la métropole lyonnaise ?

Sa fanfaronnade à dire à l’envi qu’il n’a augmenté les impôts qu’une seule fois, passant encore sous silence l’augmentation annuelle des bases, imposée par le gouvernement précédent qu’il soutenait, et qui a contribué à appauvrir la population oullinoise.

J’aurais volontiers entendu le maire souhaiter pour 2013 une meilleure santé budgétaire pour la ville, très affaiblie par les emprunts toxiques qu’il a contractés en cachette chez DEXIA en 2008 et dont le report des intérêts qu’il a renégocié récemment coûte encore une fois aux contribuables et laisse aux successeurs de Mr Buffet un héritage empoisonné.

Cette irresponsabilité dans de nombreux domaines est sans doute l’empreinte que nous retiendrons de l’ère Buffet à Oullins et n’augure pas dans l’immédiat de la si bonne année qu’il veut bien souhaiter.

Pas de commentaires pour le moment

Laisser un commentaire

Votre commentaire:

Permanence des élus

N'hésitez pas à nous contacter pour échanger !

Sur Rendez-vous : par mail : contact@oullinsdemain.fr ou par téléphone : 06 87 55 14 42

Maison des sociétés - rue Raspail - 1er étage