Le printemps oullinois sera-t-il celui du commerce ?

 

Centre commercial des Célestins

Avez-vous lu dans l’édition locale du Progrès de samedi dernier, 19 mars , qu’Oullins voulait s’inspirer de l’idée de Villeurbanne pour ses commerces des Gratte ciel et se cherchait une identité attractive ?

L’année dernière, c’est la traditionnelle braderie d’Oullins qui se toilettait avec une nouvelle communication et se renommait « les printanières » et « les automnales ».

La communication, bien nécessaire, suffira-t-elle cependant à inverser les flux de bon nombre de consommateurs oullinois qui en 10mm peuvent se rendent au centre commercial de La Part Dieu et y trouver 267 boutiques ou changer à la station Debours pour prendre le T1 et rejoindre en trois arrêts le centre commercial Confluence ?

Avez-vous lu dans le même journal l’article de mardi 15 mars dernier faisant état des craintes des commerçants de l’Oasis?

Réunis solidairement en collectif, ils s’expriment sur les atouts de leur emplacement (parking gratuit), de leurs offres (beaucoup de métiers de bouche), de services (Le Spar et tous les commerces de bouche ouverts le dimanche matin, drive et livraison à domicile pour Estelle et Pascal Mourier, couple gérant du Spar). Seuls à la ronde, puisqu’ils drainent les habitants de la Bussière, de la Glacière, des Ifs, des Célestins, du Golf et même du Merlo, ils désavouent l’ouverture du Carrefour Market à proximité qui les percute sur la même gamme de produits. A écouter les commerçants de quartier du centre commercial de l’Oasis, il aurait fallu interroger les besoins et étudier l’existant et réfléchir à l’installation d’un commerce, répondant aux besoins non rendus, comme pouvait le faire le magasin discount ED, devenu DIA.

Avez-vous vu le turn-over des enseignes dans la Grande Rue ?

Tout récemment « Le Comptoir des cotonniers » qui déserte Oullins pour Tassin La Demi-Lune, « Star Jouet » et « Sylvie Thiriez », remplacés peut-être bientôt, sans travailler sur les causes, par une banque, un salon de coiffure, une restauration rapide…

Et comme les 26 322 Oullinois n’habitent pas tous dans la Grande rue, avez-vous vu les nombreux commerces de proximité fermés dans les quartiers ? Le bureau de tabac à Montmein, le bureau de tabac et la boucherie aux Célestins, l’imprimeur boulevard E. Zola, plus de dix commerces à la Saulaie.

A l’inverse, l’alimentation artisanale, les circuits courts, le bio se fêtent aussi bien à l’épicerie « chez MarKus », Grande rue, qui lors de dégustations le samedi matin nous fait connaître Elodie D. et ses chocolats, Pierre et ses préparations pâtissières, les miels et les saucissons, qu’à la Cavavin Oullins, Grande rue où les soirées dégustations nous familiarisent avec la bière locale « La Canute lyonnaise », brassée à Pierre Bénite, le chocolat et le rhum ou chez Patrick Sourbès, maître fromager rue de la République ou encore dans cette même rue encore « La Petite Cave d’Oullins », où ce dimanche matin 20 mars MarKus tartinait tandis qu’Olivier servait les crus. Car tous savent mutualiser les animations conviviales pour faire connaître leurs produits. Et parmi les cafés restaurants récemment ouverts « Café charmant », rue Aulagne, qui, fait d’exception à Oullins, est ouvert tard dans la nuit et où le couple Sandrine et Armand propose des concerts, des cafés philo.

 Il existe donc bien à Oullins un potentiel de proximité, dans les quartiers comme dans le centre. Quant à l’attractivité commerciale d’Oullins au sens large, ne serait-elle donc pas plutôt dans l’authenticité plutôt que la duplication à l’infini des mêmes enseignes, la singularité, le terroir bio près de chez nous, niches pour lesquelles les consommateurs, usagers du métro, seraient prêts à prendre la direction Oullins gare ? 

Pas de commentaires pour le moment

Laisser un commentaire

Votre commentaire:

Permanence des élus

N'hésitez pas à nous contacter pour échanger !

Sur Rendez-vous : par mail : contact@oullinsdemain.fr ou par téléphone : 06 87 55 14 42

Maison des sociétés - rue Raspail - 1er étage