le 16 décembre, soyons nombreux à dire « oui, pour l’égalité » !

Jeudi dernier, 6 décembre, Mr Terrot, député UMP de la 12ème circonscription du Rhône, membre de la droite populaire, avait mis sur scène juristes, pédopsychiatres, hommes et femmes de l’église chrétienne, pour encourager ses auditeurs dans la salle des fêtes du Parc Chabrières à Oullins à se prononcer contre le mariage pour tous.

Il est vrai que la loi ne l’autorise pas encore et les juristes invités à examiner à haute voix le code de la famille ont trouvé sans effort de lecture le barrage législatif.

14 ans après sa création, avons-nous seulement l’idée de remettre en question le PACS ? En le  créant en 1998, la gauche a ouvert une voie nouvelle progressiste : les couples pacsés, homosexuels comme hétérosexuels,  ont pu dès lors bénéficier d’une protection administrative conjointe et se donner le temps pour les seconds de recourir éventuellement au mariage. On conviendra aisément en se référant aux statistiques que le PACS n’a nullement porté atteinte au mariage puisque ce dernier puise nombre de ses adeptes parmi les couples pacsés. Tout au contraire le PACS a-t-il inversé la courbe décroissante du nombre de couples mariés et ravivé l’engouement pour un mariage du coup mûrement réfléchi.

La gauche de nouveau au pouvoir veut œuvrer pour l’égalité et non pas creuser les inégalités comme ce fut le cas sous le gouvernement précédent. Les droits que le PACS a permis d’ouvrir, dont la création a considérablement fait évoluer les mentalités, restent encore insuffisants : qu’advient-il notamment du conjoint survivant lorsque le conjoint pacsé, qu’il soit de même sexe ou de sexe différent, vient à décéder ?

Il est de notre responsabilité à gauche de contribuer à la réflexion et d’être progressistes. A nous de légiférer pour que nos lois républicaines continuent de tendre vers un mieux pour tous et qu’elles changent les mentalités. Cette évolution passe nécessairement par une remise en cause raisonnée de la tradition perpétrée souvent par héritage, elle passe par un recensement des droits octroyés et par une étude approfondie des inégalités en matière d’octroi ou de privation de ces droits et plaide alors en faveur du  mariage pour tous.

Il ne s’agit pas pour la gauche de troubler l’eau, dans laquelle s’abreuvent les croyances, raison pour laquelle il n’est pas demandé à l’institution religieuse de célébrer des mariages homosexuels. Il s’agit en revanche d’accorder à chacune et chacun d’entre nous une égalité des droits, sans aucune discrimination possible,  cette notion d’égalité inscrite au fronton de toutes nos mairies, dont on ne peut pas arbitrairement décider de ses domaines d’application.

Maurice Goldelier, grand anthropologue français, nous explique : Si la société a valorisé l’hétérosexualité durant des millénaires pour assurer la reproduction, l’homosexualité au sein des sociétés a été reconnue dans la formation de l’individu, en Grèce antique par exemple. Aujourd’hui,  des raisons liées à des évolutions occidentales nous conduisent à des formes nouvelles d’alliance : nous reconnaissons progressivement que l’homosexualité est une sexualité autre mais normale, un nouveau statut de l’enfant émerge, de nouvelles technologies de la reproduction apparaissent, les minorités peuvent dans une démocratie revendiquer des droits nouveaux. A partir de là, il est devenu possible et nécessaire d’accorder aux homosexuels de vivre légalement leur sexualité et, pour ceux qui le désirent, de pouvoir élever des enfants.

Le rassemblement organisé jeudi dernier par Mr Terrot n’était pas un débat, puisque toutes les prises de parole provenaient de personnes du même avis, convertis au seul mariage hétérosexuel. Il manquait pour faire débat le journaliste Hervé Gattegno qui aurait pu s’exprimer en ces termes :

« Sur les questions de mœurs, et spécialement pour le droit de la famille, la loi ne peut être conçue comme barrière entre ce qui se fait et ce qui ne se fait pas. Elle doit s’adapter aux situations qui existent, qu’on peut approuver ou non, mais qui résultent des évolutions de la société. C’est ce qui s’est passé sur le divorce, la majorité sexuelle, l’avortement… La famille ne s’est pas ’’décomposée ‘’ mais recomposée. La réalité d’aujourd’hui, c’est qu’il existe des couples homosexuels et que beaucoup ont déjà des enfants. La loi ne peut pas les nier, elle doit les protéger ».

Le gouvernement se bat pour l’égalité et met tout en oeuvre pour permettre à tous les couples de se marier et d’adopter. Lutter contre les conservatismes, c’est faire progresser notre République, c’est l’ambition de la gauche aujourd’hui ! Le Parti socialiste se mobilise en faveur de l’égalité des droits et des libertés, et appelle à manifester le 16 décembre à 14h à Paris, place de la Bastille.

Le 16 décembre, soyons nombreux à dire «Oui, pour l’égalité» !

Pas de commentaires pour le moment

Laisser un commentaire

Votre commentaire:

Permanence des élus

N'hésitez pas à nous contacter pour échanger !

Sur Rendez-vous : par mail : contact@oullinsdemain.fr ou par téléphone : 06 87 55 14 42

Maison des sociétés - rue Raspail - 1er étage