Face à la défaillance de la municipalité oullinoise, la solidarité se fait citoyenne

Pénalisé par des revenus jugés trop modestes, un jeune père de famille que j’avais rencontré à Oullins durant la campagne des législatives 2012 me confiait avec indignation avoir perdu son logement familial et avoir trouvé refuge avec femme et enfants chez ses parents, en attendant des jours meilleurs.

Plus tard dans le printemps, alors que je conversais dans un jardin public avec des mamans, l’une d’elles, résidente oullinoise, m’expliquait qu’elle et son mari étaient retournés vivre séparément, chacun chez ses parents, faute de revenus suffisants pour un logement commun.

Que deviendraient ces familles, affaiblies par la crise, ces 32% de jeunes  sans emploi dans certains quartiers d’Oullins, ces 8 millions de personnes en France vivant au-dessous du seuil de pauvreté si cette économie souterraine, constituée par le sauvetage financier et moral des grands parents et la solidarité ne se substituaient pas à la faille ?

Ce drame, vécu aussi bien par les jeunes maintenus en dépendance que par les parents et grands parents appauvris par les besoins des générations suivantes qu’ils couvrent, peut-il être amorti par l’Etat et les collectivités locales ou la société civile doit-elle s’organiser pour prendre le relais ?

Si la réponse n’est pas manichéenne, elle ne réside pas non plus dans l’obstination de la majorité municipale à ne pas prendre en compte le besoin de logements à prix modérés à Oullins.

Dans le précédent mandat municipal courant de 2001 à 2008, notre commune stagnait à moins de 17% de logements sociaux quand la loi en imposait 20%. A un an des prochaines élections, le maire a un triste bilan d’échec : en maintenant le taux de logements sociaux à 17%, il a volontairement fait barrage au parcours résidentiel.

Pourtant la situation économique des familles s’est beaucoup dégradée depuis 2008 et le gouvernement actuel, conscient de leur paupérisation, a demandé récemment aux communes d’augmenter le taux des logements sociaux et de le passer de 20% à 25%.

Si 11 ans n’ont pas suffi à Mr Buffet pour prendre la mesure de la situation économique de la population oullinoise et dressent son bilan d’échec, quel projet d’habitat pensez-vous que le maire nourrisse encore, après 11 ans passés sans vous écouter ?

Pas de commentaires pour le moment

Laisser un commentaire

Votre commentaire:

Permanence des élus

N'hésitez pas à nous contacter pour échanger !

Sur Rendez-vous : par mail : contact@oullinsdemain.fr ou par téléphone : 06 87 55 14 42

Maison des sociétés - rue Raspail - 1er étage