Conseil Municipal du 7 décembre 2017 : Mon intervention sur le projet urbain de La saulaie – Avis de la commune sur l’étude d’impact

La SNCF occupait  il y a encore trente ans à Oullins, dans le quartier de La Saulaie,  les terrains que l’on qualifie depuis de friches industrielles. Ces hectares sont restés en jachère pendant trois décennies, devenus une sorte de no mans land, longtemps isolé du reste de la ville par la voie ferrée malgré le passage à niveau qui assurait la liaison entre cette partie-ci de la ville et l’autre. Autour de ce grand terrain vague, clos par des barbelés et muré sur la rue Dubois Crancé, ont été construits la plupart des logements aidés, qui ont vu leur horizon bouché sur un deuxième côté par l’autoroute A7. Ces logements accueillent des familles, souvent nombreuses, beaucoup monoparentales. Qui est sur liste d’attente d’un logement social dans l’agglomération se voit souvent attribuer un logement à La Saulaie.

La Métropole, propriétaire de cette surface de plusieurs hectares  depuis près de 10 ans, lance cette année l’opération d’aménagement de La Saulaie. Cela a été acté par délibération les 18 et 21 septembre dernier. Il s’agit d’un projet d’une ZAC, dont ne nous sont dévoilées à ce jour que les grandes intentions, à savoir qu’il comportera des commerces, des logements, des bureaux, de l’activité économique et des équipements publics. Un tel projet exige une projection dans l’avenir, une résonance avec l’évolution et la diversité de nos modes de vie, il doit se révéler être un pari entre ville et nature, il exige un devoir de la part des responsables politiques de mettre en œuvre la transition énergétique et d’accorder une place prépondérante aux échanges entre citoyens et à la solidarité, de créer des espaces de rencontre. Nous devons donc veiller à ce que la création d’un morceau de ville  s’inspire du meilleur pour les hommes et pas du pire, comme on a pu le voir dans certains projets urbains.

C’est pourquoi, nous déposerons dans le cadre de la concertation préalable et la participation du public aux décisions ayant une incidence sur l’environnement une première contribution d’ici le 31 décembre prochain.

Mais la délibération de ce soir a pour objet l’étude d’impact environnemental de ce projet urbain, laquelle étude se doit de décrire l’état actuel tant physique que naturel et humain, et d’analyser les effets en matière environnementale. Il s’agit d’une étude technique menée par des commissaires enquêteurs, que vous nous invitez à acter telle quelle, sans besoin, écrivez-vous, d’émettre de remarque particulière.

Nous souhaitons émettre pourtant une remarque : Nous, élu/es, mais non membres de l’exécutif, avons été prévenus 10 jours avant le conseil municipal qu’un document de 600 pages était consultable sur RV aux heures d’ouverture en mairie ou accessible en ligne sur le site du grand Lyon. Ne jugez-vous pas le délai un peu court dans notre contexte de vie professionnelle ? Le résumé de 40 pages dont vous nous avez fait mention ce soir, Mme le maire, ne nous a pas été présenté lors de la commission générale. Il aurait facilité notre travail d’élu.e.

Contentons-nous alors de la délibération, qui voulant nous parler de projet d’avenir met en lumière en fait les dangers auxquels sont exposés les habitants de La Saulaie depuis des années et suscite déjà quelques remarques : On nous dit que la pollution des sols sera traitée – trente ans que des générations de jeunes, de parents et de personnes âgées vivent à proximité de substances chimiques polluantes et dangereuses -, on nous parle de qualité de l’air et d’ambiance acoustique – près de 60 ans que les habitants de la Saulaie respirent à pleins poumons les gaz d’échappement planant sur l’autoroute A7 et supportent les ronflements des 150 000 véhicules jour -, on nous annonce une limitation de l’étalement urbain, nous devons donc comprendre que ce quartier sera une concentration urbaine avec des hauteurs d’immeubles à imaginer, on nous promet une hiérarchisation des voiries pour un cœur de quartier apaisé, comprenons qu’il s’agit là des hectares où les nouveaux logements seront construits, qualifiés d’éco-quartier, et que le quartier désormais ancien, joliment appelé historique,  ne sera plus le cœur de La Saulaie, raison sans doute pour laquelle vous comptez déménager la place Kellermann…

Le contenu de l’étude tel qu’il est résumé dans cette délibération est déjà préoccupant.

Nous nous abstiendrons sur cette délibération.

La SNCF occupait  il y a encore trente ans à Oullins, dans le quartier de La Saulaie,  les terrains que l’on qualifie depuis de friches industrielles. Ces hectares sont restés en jachère pendant trois décennies, devenus une sorte de no mans land, longtemps isolé du reste de la ville par la voie ferrée malgré le passage à niveau qui assurait la liaison entre cette partie-ci de la ville et l’autre. Autour de ce grand terrain vague, clos par des barbelés et muré sur la rue Dubois Crancé, ont été construits la plupart des logements aidés, qui ont vu leur horizon bouché sur un deuxième côté par l’autoroute A7. Ces logements accueillent des familles, souvent nombreuses, beaucoup monoparentales. Qui est sur liste d’attente d’un logement social dans l’agglomération se voit souvent attribuer un logement à La Saulaie.

La Métropole, propriétaire de cette surface de plusieurs hectares  depuis près de 10 ans, lance cette année l’opération d’aménagement de La Saulaie. Cela a été acté par délibération les 18 et 21 septembre dernier. Il s’agit d’un projet d’une ZAC, dont ne nous sont dévoilées à ce jour que les grandes intentions, à savoir qu’il comportera des commerces, des logements, des bureaux, de l’activité économique et des équipements publics. Un tel projet exige une projection dans l’avenir, une résonance avec l’évolution et la diversité de nos modes de vie, il doit se révéler être un pari entre ville et nature, il exige un devoir de la part des responsables politiques de mettre en œuvre la transition énergétique et d’accorder une place prépondérante aux échanges entre citoyens et à la solidarité, de créer des espaces de rencontre. Nous devons donc veiller à ce que la création d’un morceau de ville  s’inspire du meilleur pour les hommes et pas du pire, comme on a pu le voir dans certains projets urbains.

C’est pourquoi, nous déposerons dans le cadre de la concertation préalable et la participation du public aux décisions ayant une incidence sur l’environnement une première contribution d’ici le 31 décembre prochain.

Mais la délibération de ce soir a pour objet l’étude d’impact environnemental de ce projet urbain, laquelle étude se doit de décrire l’état actuel tant physique que naturel et humain, et d’analyser les effets en matière environnementale. Il s’agit d’une étude technique menée par des commissaires enquêteurs, que vous nous invitez à acter telle quelle, sans besoin, écrivez-vous, d’émettre de remarque particulière.

Nous souhaitons émettre pourtant une remarque : Nous, élu/es, mais non membres de l’exécutif, avons été prévenus 10 jours avant le conseil municipal qu’un document de 600 pages était consultable sur RV aux heures d’ouverture en mairie ou accessible en ligne sur le site du grand Lyon. Ne jugez-vous pas le délai un peu court dans notre contexte de vie professionnelle ? Le résumé de 40 pages dont vous nous avez fait mention ce soir, Mme le maire, ne nous a pas été présenté lors de la commission générale. Il aurait facilité notre travail d’élu.e.

Contentons-nous alors de la délibération, qui voulant nous parler de projet d’avenir met en lumière en fait les dangers auxquels sont exposés les habitants de La Saulaie depuis des années et suscite déjà quelques remarques : On nous dit que la pollution des sols sera traitée – trente ans que des générations de jeunes, de parents et de personnes âgées vivent à proximité de substances chimiques polluantes et dangereuses -, on nous parle de qualité de l’air et d’ambiance acoustique – près de 60 ans que les habitants de la Saulaie respirent à pleins poumons les gaz d’échappement planant sur l’autoroute A7 et supportent les ronflements des 150 000 véhicules jour -, on nous annonce une limitation de l’étalement urbain, nous devons donc comprendre que ce quartier sera une concentration urbaine avec des hauteurs d’immeubles à imaginer, on nous promet une hiérarchisation des voiries pour un cœur de quartier apaisé, comprenons qu’il s’agit là des hectares où les nouveaux logements seront construits, qualifiés d’éco-quartier, et que le quartier désormais ancien, joliment appelé historique,  ne sera plus le cœur de La Saulaie, raison sans doute pour laquelle vous comptez déménager la place Kellermann…

Le contenu de l’étude tel qu’il est résumé dans cette délibération est déjà préoccupant.

Nous nous abstiendrons sur cette délibération.

Pas de commentaires pour le moment

Laisser un commentaire

Votre commentaire:

Permanence des élus

N'hésitez pas à nous contacter pour échanger !

Sur Rendez-vous : par mail : contact@oullinsdemain.fr ou par téléphone : 06 87 55 14 42

Maison des sociétés - rue Raspail - 1er étage