Conseil municipal du 7 décembre 2017 : Mon Intervention sur la modification de la politique de stationnement payant

Certes il y a la loi à laquelle il faut se conformer : la disparition de l’amende pénale de 17€ au profit de la création d’une redevance du domaine public.

Puisque notre collectivité disposera à partir du 1er janvier 2018 de l’entière responsabilité de la gestion du stationnement payant sur voirie, vous avez décidé de revoir la politique locale de stationnement payant, vous appuyant sur un double constat : celui de la recrudescence des usagers du pôle multimodal et celui de la nécessité d’améliorer la cohérence des politiques de mobilité.

 

Quelle traduction donnez-vous à ces constats ?

1.Une réduction du temps de gratuité accordé au stationnement dans les zones payantes, en le passant de 45mm à 30mm.

2.Un nouveau barème tarifaire

3.La fixation à 35€ de la redevance du domaine public

4.Une extension de la zone du stationnement payant autour du pôle multimodal incluant de nombreuses rues où le stationnement était jusqu’à présent gratuit et la création d’un parking rue L. Aulagne sur l’emplacement d’un espace devant l’ancienne gare, que se sont appropriés les usagers du métro.

 

Voilà donc les mesures prises par l’exécutif d’Oullins pour,  je vous cite, « promouvoir les commerces oullinois du centre-ville » dans la zone 1 et concernant la zone 2 pour laquelle vous constatez un taux de rotation minime du fait que le stationnement est occupé par les usagers du métro qui partent travailler sur Lyon  «  permettre – je vous cite encore – une meilleure rotation des véhicules, favoriser les transports en commun pour les personnes extérieures et donner aux résidents la possibilité de stationner à nouveau sur voirie ».

 

Vous faîtes assurément de justes constats : la ligne B du métro est fortement plébiscitée par les habitants du Sud-Ouest lyonnais dont les Oullinois, devenus chaque jour pour 25 000 d’entre eux/elles les usagers du métro. Ce mode de transport rapide et non polluant, introduit en 2013 dans notre commune, a donc changé fondamentalement la mobilité dans le Sud-Ouest lyonnais et dans notre ville.

 

Le Sytral et la ville ont-ils réellement mesuré combien les habitants étaient demandeurs de cette nouvelle mobilité pour pouvoir changer leur mode de déplacement ? Si la réponse devait être oui, sans doute auraient-ils pensé aux différents accès à la station de métro actuelle – Oullins gare -. L’aménagement du pôle multimodal est une des réponses. Les bus en provenance des communes limitrophes, voire plus éloignées y font halte et permettraient une multi-modalité optimale si les voies routières à Oullins avaient été elles aussi aménagées en conséquence pour que la circulation soit fluidifiée. Partir en bus du quartier du Golf par exemple et vouloir descendre à l’arrêt Orsel aux heures de pointe pour rejoindre la station de métro expose tout usager à rester bloqué 3/4 heure dans la Grande rue, totalement congestionnée. Restent alors la voiture, le vélo ou la marche à pied.

Prenons alors le trajet voiture jusqu’à la station de métro : L’automobiliste oullinois ou d’ailleurs accède beaucoup plus rapidement qu’en bus aux abords de la station, mais se heurte à un obstacle majeur : la capacité sous-estimée du parking relais dans lequel nul ne saurait trouver une place de stationnement après 7h10 le matin. La signalisation ne délivre le taux d’occupation du parking relais que lorsque l’on est parvenu à sa hauteur lieu de l’afficher en amont. Ce dysfonctionnement  a pour conséquence pour ces multimodaux qu’ils doivent chercher en urgence une place dans les rues voisines, d’où la recrudescence de véhicules stationnés dans les rues d’Oullins sur des places que devraient pouvoir occuper les résidents ou consommateurs.

 

La volonté citoyenne multimodale est là, les aménagements en revanche non.

 

Nous avions écrit en date du 11 mai 2015 à la Métropole pour l’alerter sur ces difficultés constatées par tous et lui avions proposé 1. d’augmenter la capacité de stationnement relais en aménageant un parking éphémère sur une parcelle du terrain des friches SNCF. Une partie le long de l’avenue Locard étant utilisée par le chantier de l’aménagement des rives de l’Yzeron pour recycler les matériaux et traiter la renouée du japon, rien n’empêchait d’utiliser une autre partie non occupée. 2. de revoir l’emplacement de la signalétique, informant des places disponibles restantes ou non du parking relais. La réponse que nous avons obtenue le 9 juillet 2015 de Mr M. Le Faou, vice-Président en charge de l’urbanisme et du cadre de vie semblait considérer nos observations, à savoir les dysfonctionnements et l’absence de réponse adaptée à court terme et affirmer je cite « envisager un ensemble de propositions d’amélioration «  dont je cite encore « l’aménagement de places supplémentaires grâce à l’utilisation d’une partie des fonciers appartenant à la Métropole ».

 

Pensez-vous faire croire que les mesures prises par votre exécutif – à savoir l’extension et le renforcement du stationnement payant – répondent aux difficultés exposées ? L’usager doit-il subir et payer pour pallier l’insuffisance d’aménagements, que l’arrivée du métro dans le Sud-Ouest lyonnais nécessitait, pallier encore un grand absent, le plan des déplacements que vous n’avez jamais mis en place, pallier des travaux inadaptés dans la Grande rue puisqu’ils n’ont pas servi à améliorer la desserte du métro ni en bus ni en voiture, pallier un parking relais à la capacité sous dimensionnée ? L’aménagement d’un parking payant sur l’espace inoccupé devant l’ancienne gare désaffectée, que les usagers ont su mieux que la collectivité reconvertir en parking relais de fortune, n’est pas la réponse qui encourage les nouvelles mobilités que sont les modes doux. Taxer les habitants quand les collectivités sont elles-mêmes responsables des situations inappropriées n’est pas acceptable. Ce n’est en tout cas pas notre conception du service rendu aux habitants ni de l’exercice du mandat qu’ils ont pu vous confier.  Vous n’avez pas su ou voulu négocier avec la Métropole pour étendre la capacité du parc relais existant. La Métropole dans son courrier de juillet 2015 nous affirmait pourtant envisager cette extension gratuite. De votre côté,  vous avez en commission générale accusé la Métropole de ne pas vous avoir entendu sur le sujet de la gratuité d’un nouveau parc relais. D’un côté un écrit, de l’autre des paroles rapportées. Qui de vous deux croire ?

 

Seriez-vous convaincus que les modes doux en ville sont une priorité pour le bien-être de tous, officialiseriez-vous un vrai projet où des aménagements continus seraient faits dans notre commune, où des actions municipales seraient conduites pour encourager d’autres modes de déplacement, où des activités seraient menées dans les écoles pour sensibiliser et éduquer à la pratique du vélo et d’autres mobilités, où les difficultés à se déplacer des habitants dans les quartiers non desservis par les TC seraient prises en considération et une solution apportée à leur isolement.

 

Et si l’objectif des collectivités était de réduire la part automobile accédant à la ville centre, il aurait fallu accompagner la mise en service du métro par la création d’un plan des déplacements intégrant une accessibilité universelle, l’aménagement  de voies modes doux continues, un nouveau plan de circulation oxygénant la Grande rue, et la concrétisation de votre promesse électorale d’une desserte pour les habitants des quartiers Monlouis et La Glacière.

Mais votre préoccupation immédiate en ce domaine se résume à taxer et donc à faire obstacle à l’avenir. Avez-vous seulement exposé aux membres de la commission modes doux et soumis à leur analyse votre programme de stationnement payant étendu et renforcé, qui n’est qu’un générateur de recettes supplémentaires.

 

Nous sommes fondamentalement contre le virage que vous avez pris en renforçant votre politique de stationnement payant sans apporter de réponse aux habitants. Ce sont de vieilles méthodes usées et vous manquez d’anticipation. Nous voterons contre.

Pas de commentaires pour le moment

Laisser un commentaire

Votre commentaire:

Permanence des élus

N'hésitez pas à nous contacter pour échanger !

Sur Rendez-vous : par mail : contact@oullinsdemain.fr ou par téléphone : 06 87 55 14 42

Maison des sociétés - rue Raspail - 1er étage