Conseil municipal du 5 février 2016 : Mon Intervention sur les subventions apportées par la commune en 2016

En préambule de cette première intervention, nous souhaiterions aborder la question du calendrier des commissions municipales et des conseils municipaux, que vous nous transmettez par voie électronique et à l’issue des conseils.

Depuis 2014, les dates, que vous nous annoncez, sont régulièrement contredites, reportées ou avancées comme ce jour, permutées encore du traditionnel jeudi, jour du CM au vendredi.

Que traduisent ces modifications constantes ?

Que l’ensemble des élu/s que nous sommes doivent s’adapter à l’agenda d’un seul !

Quelles conséquences ces régulières perturbations dans le calendrier ont-elles ?

Pour notre part, une difficile conciliation entre agenda d’élu communal et agenda professionnel, lequel s’anticipe et ne peut s’organiser que si les obligations d’élu/es nous sont communiquées en amont et respectées.  Nous devons gérer des déplacements professionnels et ne pouvant anticiper les reports récurrents, les modifications deviennent professionnellement handicapantes.

Engagé/es en tant qu’élu/es dans la vie de la cité, nous sommes aussi des actifs à plein temps, et la constante modification que vous opérez sur les dates communes, Mr le maire,  est une forme d’irrespect vis-à-vis de la collectivité, des citoyens que nous représentons.

Aussi formulons-nous le vœu que vous puissiez à l’avenir considérer le temps de toutes et tous et respecter dans la mesure du possible le calendrier que vous fixez.

 

La délibération sur laquelle nous intervenons a pour objet les subventions apportées par la commune aux associations. Elles sont vitales car le tissu associatif se déchirerait sans la mise en oeuvre de politiques publiques et sans redistribution de l’argent public au plan local, municipal, métropolitain, régional, et national.

Mais faut-il rappeler les piliers du quotidien et des générations que sont les associations pour les habitant/es et faut-il encore souligner ce qu’une municipalité, particulièrement la nôtre, construit et préserve  en contrepartie des subventions qu’elle leur accorde ?

Un espace éducatif, où se comprennent et s’apprennent les règles communes, un espace social accessible à toutes et tous, où vivent et s’activent ensemble des personnes de milieu socioprofessionnel et d’origine différents,  un espace engagé et bénévole, où président/es, bénévoles, administrateurs mettent du temps à disposition des autres pour que les activités coûtent moins cher et puissent se réaliser dans le respect des valeurs associatives.

Nous nous souvenons du signe politique que vous avez envoyé aux associations en 2015 : la baisse considérable, entre 8 et 18%, de leurs subventions de fonctionnement et le principe des vases communicants auquel vous avez eu recours à leur désavantage : inclure dans leurs subventions municipales le budget des activités qu’elles organisent  dans le cadre des rythmes scolaires, alors que la loi sur l’économie sociale et solidaire, du 21 juillet 2014, définit tout autrement les subventions.

Les subventions stagnent, elles sont à l’identique de celles de l’année dernière après leur baisse à 1 925 000€. Et S’il est besoin d’un emblème, je citerai la subvention versée au PLO pour le handicap qui n’a pas été augmentée, ce qui dans une mise en perspective de la politique thématique de l’accessibilité n’est pas vraiment compréhensible.

Vous avez décidé de maintenir pour l’année 2016 le montant global 2015. Signe plus faible qu’une baisse certes, mais signe quand même : vous ne les augmentez pas, malgré la hausse des prix à laquelle les associations doivent faire face. Nouveauté cette année : Vous avez choisi également de fractionner le versement des subventions en 10 fois : plus de souplesse, dîtes-vous pour les associations, mais plus d’aisance, ne dîtes-vous pas, pour les finances de la ville, qui alimentées de  plus régulièrement par le paiement mensualisé des impôts locaux de la plupart des contribuables Oullins, n’accuseront plus des oscillations dangereuses au moment du versement des subventions aux associations.

Nous avons deux questions :

1-      L’année 2015 a mis à jour pour celles et ceux qui n’en avaient pas pleinement conscience, combien nous avions besoin d’un maillage co éducatif pour nos jeunes, combien encore la solidarité puisait dans l’intelligence collective des associations et des citoyens. Un maire peut aspirer à ce que ses concitoyens soient rassemblés, mais ne peut réussir ce défi d’un coup de baguette magique. Il doit donner du sens à son action politique et créer les conditions pour que ce dialogue et ce rassemblement aient lieu, à commencer auprès des acteurs essentiels dans une ville que sont les associations. Justement où trouve-t-on à Oullins cet espace de dialogue, ce lieu de synergies, cet organe de création et d’éducation collectives ?  Nous savons que les associations connaissent toutes des difficultés, liées à leurs subventions en baisse, liées au nombre d’interlocuteurs financeurs auquel elles doivent s’adresser, liées aux difficultés administratives et logistiques, liées à la professionnalisation du bénévolat. De plus, leur cloisonnement ne répond ni à leurs besoins ni aux besoins de la population. Ceci étant mesuré, évalué, pourquoi ne pas soutenir la renaissance d’une structure associative autonome qui regroupant toutes les associations qui le souhaiteraient favoriserait les rencontres et l’information, pourrait promouvoir les activités des différents partenaires associatifs, pourrait faciliter la réalisation de projets communs, pourrait permettre aux associations de travailler ensemble ? Ainsi pourrions-nous par exemple réaliser le défi de voir l’association des commerçants aussi, bien dotée que les associations sportives ou sociales, dialoguer avec les autres associations, culturelles et sportives, et que de cette coordination puissent naitre des moments de rencontre, les dimanches d’ouverture commerciale par exemple. Ne pensez-vous pas, Mr le maire, que l’on peut difficilement se rassembler tout seul et qu’une ville qui bouge est une ville ouverte où les habitants se bougent et créent ensemble ?

2-      Quelle ville construisez-vous pour les habitants avec les associations oullinoises ? La FRAT, association omnisports centenaire, dont les locaux vont disparaître au profit d’opérations immobilières, garde-t-elle toute sa place dans votre projet social et sportif pour notre vile ?

Pas de commentaires pour le moment

Laisser un commentaire

Votre commentaire:

Permanence des élus

N'hésitez pas à nous contacter pour échanger !

Sur Rendez-vous : par mail : contact@oullinsdemain.fr ou par téléphone : 06 87 55 14 42

Maison des sociétés - rue Raspail - 1er étage