Conseil municipal du 4 juillet 2014 : Mon intervention sur l’organisation des temps scolaires et périscolaires dans les écoles publiques oullinoises

Nous voici parvenus à la date clef, à laquelle le conseil municipal doit se prononcer sur l’organisation des temps scolaires et périscolaires pour les enfants scolarisés dans les écoles publiques oullinoises afin qu’elle soit opérationnelle à la rentrée de septembre.

Nous vous livrons ce soir publiquement notre réflexion, vous exprimant du même coup notre profond regret que vous ayez choisi de ne pas nous associer en tant qu’élu/es à l’information et à la concertation que vous avez menées depuis 2013. Nous ne sommes pas restés pour autant dans l’ombre : nous avons rencontré à notre initiative des parents d’élèves, des enseignants, des associations et des experts, temps d’échange nécessaire pour construire une réflexion aboutie.

Malgré ces postures, nous partageons tous le même constat : L’école de la République n’assurait plus depuis plusieurs décennies l’égalité devant les apprentissages et les différentes mesures prises jusqu’en 2012 d’abandon de la formation des enseignants, d’effectifs trop importants dans les classes provoqués par la suppression massive de postes, la lourdeur des programmes, le manque de transversalité portaient préjudice aux enfants les plus en difficultés et alimentaient le décrochage scolaire.

C’est pourquoi le Président de la République, François Hollande, s’était engagé avant son élection en concertation avec les enseignants, les parents, les syndicats, les élus locaux, et les associations éducatives à réformer le système éducatif français pour y rétablir l’égalité et lutter contre le décrochage scolaire. La loi d’orientation et de programmation pour la refondation de l’école de la République accompagne les parents dans le suivi de la scolarité de leur enfant  et met à la disposition des enfants d’autres formes d’apprentissage, à tout moment, en développant les espaces numériques à l’école,  offre à certaines classes d’être conduites par deux professeurs, rétablit la formation des futurs enseignants, construit une formation continue des expérimentés. La mise en place de nouveaux rythmes scolaires devait participer à cette transformation : elle devait alléger le temps journalier consacré aux apprentissages grâce à une demi-journée supplémentaire qui avait été supprimée par Xavier Darcos et réduisait de ce fait la fatigue des enfants, elle introduisait des activités périscolaires culturelles, sportives et civiques, privilégiant en complément à l’école la découverte et l’épanouissement et instaurant une équité d’accès aux activités jusque-là réservées aux familles les moins vulnérables économiquement.

Les élu/es socialistes et apparenté/es d’Oullins envisageaient sur notre commune une concertation large rassemblant sur un même temps équipes éducatives, parents, associations, élus et non des réunions cloisonnées par catégorie. Ils envisageaient aussi que soit menée dès la rentrée 2013/2014 une expérimentation sur les écoles volontaires avant de généraliser les nouveaux rythmes éducatifs afin d’optimiser pour la rentrée 2014/2015 le positionnement des heures périscolaires et de différencier le rythme des enfants des écoles maternelles de celui des enfants des écoles élémentaires. Enfin, ils projetaient un projet éducatif local qui allait bien au-delà d’une signature de convention, mais dont l’ambition aurait été que tous les acteurs de la ville coopèrent pour œuvrer ensemble à la continuité éducative et que la lutte contre le décrochage scolaire mobilise autant l’éducation nationale que les associations et les intervenants proposant des activités périscolaires.

Le dispositif conclu après la concertation fragmentée menée par la majorité municipale, a exigé des associations qu’elles réfléchissent et travaillent longuement à une nouvelle programmation de leurs activités traditionnelles pour offrir au périscolaire l’espace et les animateurs nécessaires. Elles se sont investies dans cette mission complexe et ont mis en œuvre ce grand chantier. Tout était prêt jusqu’au jour où vous avez fait volte-face, en abandonnant le projet sur lequel vous vous étiez engagé ensemble, saisissant l’expérimentation accordée par le décret Hamon du 7 mai 2014 aux zones rurales tout particulièrement, qui faute de tissu associatif dense devaient pouvoir organiser les temps périscolaires plus souplement que dans les zones urbaines bien mieux couvertes.

Le maire d’Oullins a affiché une opposition dogmatique contre la réforme des nouveaux rythmes éducatifs dès réception de la lettre du Ministre de l’Education Nationale le 24 janvier 2013. Votre choix politique de ne pas investir dans cette chance donnée à tous les enfants que sont les nouveaux rythmes éducatifs s’est exprimé clairement par vos annonces à répétition de charges exponentielles pour la ville (le 1er article titrait dès janvier 2013 300 000€, puis ce furent 700 000 ramenés récemment à 500 000€), contrairement à d’autres choix politiques où la dépense et le dépassement sont banalisés, voire passés sous silence. Enfin, témoignent encore de votre opposition dogmatique le recours collectif que vous avez engagé contre la réforme et votre sursaut pour mobiliser en dernière minute le vendredi après-midi pour les activités périscolaires à l’image de ce qui avait été pensé par le Ministre pour les communes rurales. Il fallait bien obtenir un vote des conseils d’école, ce fut une convocation précipitée du jour au lendemain, et un vote enlevé de justesse, trahissant l’absence de plusieurs de leurs membres qui ne pouvaient pas à si court terme se rendre disponibles. Voilà pour la méthode avec laquelle nous sommes en désaccord total.

Qu’en est-il du fond ? Les élu/es socialistes et apparenté/es d’Oullins désapprouvent l’organisation des nouveaux rythmes éducatifs à Oullins, décidée par la majorité municipale, autant sur l’organisation proposée que sur la mise en place elle-même et nous nous en expliquons. Cette mise en place :

–     1.Fait totalement fi des rythmes de l’enfant – le sens préalable de la réforme – qui aura à supporter huit demi-journées consécutives d’apprentissage avant de pouvoir bénéficier d’activités périscolaires. Le rythme journalier imposé à l’enfant avant la réforme par les apprentissages et la société reste inchangé. Le report des activités périscolaires sur la dernière demi-journée de la semaine scolaire, après ajout d’une demi-journée de classe en milieu de semaine s’avère être un pur arrangement d’ordre administratif et logistique.

–     2.Stigmatise les enseignants ainsi libérés de cours le vendredi après-midi.

–     3.Introduit une inégalité entre les enfants issus de milieux favorisés, qui pourront bénéficier de week-ends prolongés dès vendredi midi, et les enfants moins chanceux.

–     4.condamne le principe de gratuité de l’école.

–     5.S’exonère d’un projet éducatif local qui aurait pu fédérer autour d’un engagement commun – l’avenir des enfants et la lutte contre le décrochage des plus en difficultés – tous les acteurs de la ville et ainsi assurer une continuité éducative globale.

Car la réalité, et nous l’oublions trop souvent, est que nous sommes dans un pays qui, tranquillement, en silence et sans manifestation -excepté la création des emplois d’avenir – voit, sur ce sujet‐là, depuis 20 ans, 150 000 jeunes par an sacrifiés sur l’autel du système scolaire et de la société.

L’organisation que vous avez choisie répond à certaines contraintes, nous les entendons : elle simplifie le positionnement des activités périscolaires, elle rallonge l’amplitude des activités et permet de les externaliser, elle facilite le recrutement des agents non titulaires, mais elle n’apporte pas la réponse attendue au rythme de l’enfant, à l’équilibre des temps d’apprentissage et des temps d’activités périscolaires.

Notre responsabilité à tous est engagée, nous avons tous conscience que notre société maltraite le rythme de nos enfants et qu’à force de renoncer à mettre en place ce qu’il conviendrait d’expérimenter, elle condamne l’avenir d’une partie de sa jeunesse, qui demain réagira à raison. Il a été demandé aux municipalités de mettre en place de nouveaux rythmes éducatifs : une nouvelle répartition des temps d’apprentissage nécessitait de reconsidérer leur place dans la journée et dans la semaine scolaire et de placer ces apprentissages fondamentaux aux moments où l’attention de l’élève est la plus importante car nous devrions tous avoir à cœur que l’école soit stimulante et que les enfants finissent ensemble leur scolarité. A Oullins, on se retrouve avec un rythme plus soutenu encore, gratifié d’activités périscolaires sur la dernière demi-journée. Ce n’est pas le sens de la réforme, ce n’est pas l’intérêt de l’enfant, raison pour laquelle nous voterons contre l’organisation choisie à Oullins.

Pas de commentaires pour le moment

Laisser un commentaire

Votre commentaire:

Permanence des élus

N'hésitez pas à nous contacter pour échanger !

Sur Rendez-vous : par mail : contact@oullinsdemain.fr ou par téléphone : 06 87 55 14 42

Maison des sociétés - rue Raspail - 1er étage