Conseil municipal du 4 juillet 2014 : Mon Intervention sur la participation financière à l’opération d’acquisition amélioration de 6 logements sociaux – 117 boulevard E. Zola

Une bonne nouvelle nous est transmise par cette délibération : l’achat par le Grand Lyon Habitat d’un immeuble comprenant six logements sociaux, qui seront conventionnés après travaux d’amélioration du bâti, ouvrant droit à des prêts à usage social et à l’aide personnalisée au logement ou APL.

Ce type de réhabilitation est récurrent : nous avons pu voter plusieurs délibérations lors du mandat précédent et chacune d’elle nous renseignait sur l’achat de petits immeubles par des bailleurs sociaux et la réhabilitation de logements, malheureusement en quantité toujours réduite, ouvrant droit à des prêts locatifs PLUS ou PLAI.

Nous nous félicitons de la convention cadre, passée par le conseil de communauté avec l’Etat,  votée en 2009. Grâce à elle, des logements épars ont pu être achetés par des bailleurs sociaux et proposés à la location à des foyers aux faibles revenus, dont on sait combien le budget est lourdement ponctionné par le coût surdimensionné du loyer, représentant souvent pour cette catégorie de la population plus de 40% des charges familiales.

Ajoutés les uns aux autres, ces quelques logements sociaux, gagnés sur le terrain des résidences à l’adresse des foyers plus aisés, pansent des situations précaires et contribuent à assurer aux familles concernées une vie décente. Et nous nous réjouissons qu’une des dernières réalisations comme celle du pont Blanc et que la prochaine rue Charton accueillent davantage de ménages, une cinquantaine, qui trouvent et trouveront un cadre de vie digne, des commodités, et espérons qu’elles leur permettront aussi de poursuivre plus tard leur installation à Oullins dans un parcours résidentiel.

La municipalité compte parmi les logements locatifs sociaux nouvellement construits les 150 logements étudiants situés à Montmein et les 140 logements des apprentis situés à la Saulaie, avenue Jean Jaurès. Ces deux réalisations, même si nous savons les locataires hébergés temporairement contrairement aux familles résidentes en Plus et Plai, participent aussi, nous le reconnaissons volontiers, à la mixité sociale et générationnelle sur notre ville.

Cependant, l’écart entre la part de logements locatifs sociaux fixée par la loi du 18 janvier  2013 et le parc de logements existant oullinois reste grand et les 33% de logements locatifs  sociaux de la rue Narcisse Bertholey, que vous revendiquez à chaque fois que nous en discutons, tout comme les constructions que je viens d’évoquer ne suffisent pas à rétablir la balance des stagnants 17% de logements sociaux sur notre commune quand la loi en exige 25. Les 700 logements vacants, que compte Oullins, attendent de votre volonté politique, la nôtre est assurée, nous la réaffirmons chaque fois qu’une délibération nous le permet, que vous vous engagiez pour que des opérations de salubrité, de rénovation et de remise sur le marché soient lancées via des organismes publics. Compte tenu du manque de foncier sur notre territoire et donc de l’obligation de démolir le bâti ancien pour construire du logement social neuf, cette vacance de logements n’est plus acceptable : il y a  urgence à agir. L’aménagement des anciennes friches SNCF heureusement viendra au secours des familles aux faibles revenus. Le Grand Lyon a réservé à Conflluence plus de 30% des logements à l’habitat social. Mais c’est de la ville d’Oullins que nous attendons un changement dans la politique du logement : nous avons assisté sur le précédent mandat à la construction de nombreuses résidences (rue Sémard, rue Diderot, rue de la Camille, grande rue, rue Bourgeois) sans prise en compte du logement à prix modérés. L’arrivée du métro semblait synonyme de terre promise, pour justifier ces constructions neuves, la flambée des loyers et l’emménagement à Oullins de familles aux revenus confortables et ignorer totalement les moins favorisées pour lesquelles le développement des moyens de transport collectifs rendait facile et peu onéreux l’accès à l’agglomération et leur épargnait des coûts de transport exorbitants en quittant la 3ème couronne pour s’installer sur notre commune aux portes de Lyon.

Le parcours résidentiel et la mixité sociale sont des objectifs qui exigent que les logements proposés soient diversement répartis et l’on peut de ce fait entendre qu’Oullins autrefois ouvrière, devenue lieu de vie d’une classe moyenne d’employés ait changé sa population et donc transformé ses besoins. Néanmoins, notre ville n’échappe ni à la loi et ni à la crise et son retard en matière de logements sociaux d’avant 2013 se creuse davantage après. La dernière publication de l’INSEE indiquait qu’Oullins ne comptait plus que 25 678 habitants, chiffre de la population légale en 2012, contre 26 041 habitants en 2011. Ne faut-il pas y voir un une défaillance dans l’équilibre de la population, et donc dans le types de logements ? Le nombre des familles monoparentales augmente, le nombre de personnes de plus de 75 ans progresse, populations dont les revenus s’affaiblissent et qui ont besoin de logements à loyer modéré.

Pas de commentaires pour le moment

Laisser un commentaire

Votre commentaire:

Permanence des élus

N'hésitez pas à nous contacter pour échanger !

Sur Rendez-vous : par mail : contact@oullinsdemain.fr ou par téléphone : 06 87 55 14 42

Maison des sociétés - rue Raspail - 1er étage