Conseil municipal du 31 mars 2016 : Mon intervention sur le projet de Plan de Prévention des Risques Technologiques et naturels

Vous nous demandez d’émettre un avis favorable au projet de Plan de Prévention des Risques Technologiques de la Vallée de la Chimie, outil réglementaire qui vise à assurer la protection des personnes vivant et travaillant à proximité des sites à l’origine des risques.

Il nous paraît responsable et essentiel de rappeler que le PPRT de la vallée de la Chimie est le PPRT le plus important en France. Il touche en effet 9 communes de notre territoire métropolitain, dont la nôtre, et se cristallise autour de sept gros établissements – Arkema dans notre commune voisine de Pierre Bénite, Bluestar Silicones, Kern One, Solvay-Rhodia Opérations et Solvay-Rhodia Belle Etoile à Saint-Fons de l’autre coté du Rhône, Total France site de la raffinerie à Feyzin et Rhône gaz à Solaize, et encore autour des dépôts pétroliers du port Edouard Herriot à Lyon 7 qui sont implantés eux sur 5 communes. Les risques que l’on veut prévenir impactent donc, on s’en doute, plus de communes que celles où sont implantés les sites dangereux, Oullins fait partie de celles-ci, et les impacts sur ces communes se comptent nombreux :

10 000 logements, 26 000 personnes exposées, 450 entreprises, 1200 emplois, 70 équipements publics, mais aussi des voiries, des voies fluviales, des espaces de loisirs de plein air.

L’idée de ce rappel qui est absent de la délibération comme de l’annexe que vous nous avez soumises est de sensibiliser la population, les entrepreneurs, les élus et les industriels sur l’étendue de la zone à risques, et qui dit zone à risques pense aux nombreuses personnes exposées, qu’elles soient dans leur logement, qu’elles travaillent sur un site dangereux, qu’elles pratiquent un sport ou toute autre activité de loisir en extérieur ou en intérieur.

Tous ces rappels sont essentiels : ils réaffirment que les 51 locaux d’habitation et les 55 locaux d’activités à Oullins impactés dans les zones repérées dangereuses dans lesquelles vivent et travaillent des personnes ne sont pas isolés sur le périmètre oullinois, mais incorporent un vaste ensemble et que les impacts mesurés à une petite échelle ne sont pas déconnectés des risques à plus grande échelle. A l’heure de l’intercommunalité, celle notamment sportive, dont vous avez récemment entretenu les président/es de nos associations, comme à l’heure de la mobilité, on sait combien les Oullinois/es comme leurs voisins sont exposés aux risques dès lors qu’ils vont d’une ville à l’autre dans le périmètre retenu.

Que les Oullinois ne soient exposés qu’au risque toxique comme la rédaction de la délibération nous le stipule, est une réalité qui se traduit en principes de non densification et en principes d’autorisation. Mais il est une autre réalité au-delà du bâti existant ou à réaliser qui concerne toute la population qui est mobile. A Pierre Bénite, notre toute proche voisine, des équipements exposés aux risques  comme la halte ferroviaire et le stade du Brotillon seront peut-être réduits dans leur usage pour certains publics, voire fermés pour certains. Cette question des usages n’est pas reproduite dans la délibération puisque nous n’avons reçu à lire ce qui ne concerne que le strict périmètre d’Oullins. Il n’en demeure pas moins que les habitants bougent et que nos communes sont perméables aux risques, que les nuages toxiques ne stagnent pas comme o a pu le fare croire aux heures de Tchernobyl.

Rien n’est dit non plus dans la délibération qui nous concerne sur la ViaRhôna,la voie cyclable qui part du lac Léman et rejoint la Méditerranée et traverse du nord au sud l’ensemble des zones du PPRT de la Vallée de la Chimie.  Si son tracé a été privilégié sur la rive droite du Rhône, plus éloignée des zones de risque,et pourrait donc concerner Oullins,  il semble que le règlement de la zone rouge ne permette pas la création d’une nouvelle voie cyclable. Cet élément n’aurait-il pas du être mentionné dans la délibération ?

Oullins ne possède pas de zone dite rouge, ce qui lui interdirait toute occupation nouvelle, mais possède une zone bleue, à la limite de la zone grise périmètre Seveso seuil haut à l’origine de risques. Faut-il rappeler que dans les zones bleues, le projet de PPRT vise à ne pas augmenter la vulnérabilité, et donc à privilégier des activités industrielles en lien avec l’écosystème de la vallée de la chimie et à les inscrire dans les domaines de la chimie, de l’énergie et de l’environnement ? La question se pose alors de savoir quel est le devenir d’un aménagement de l’extrémité des anciennes friches SNCF côté Pierre bénite.

Enfin, puisque des Oullinois habitent et travaillent dans des zones où sont prescrits pour l’une des travaux obligatoires de renforcement du bâti et recommandés pour l’autre, la question se pose encore de savoir si la commune a prévu d’accompagner les personnes concernées 1) en informant qu’un dégrèvement de la taxe foncière peut être obtenu par certains propriétaires de logements sociaux. 2) en informant les habitants du dispositif d’amélioration de l’habitat ou de rénovation à des fins d’économies d’énergie dans lequel la Métropole souhaite s’engager parallèlement aux travaux de renforcement du bâti dans ces zones vertes?

 

 

Compte tenu des nombreuses questions qui restent en suspens et du grand cloisonnement des risques dans lequel nous enferme cette délibération, nous votons ce PRRT en émettant des réserves.

Pas de commentaires pour le moment

Laisser un commentaire

Votre commentaire:

Permanence des élus

N'hésitez pas à nous contacter pour échanger !

Sur Rendez-vous : par mail : contact@oullinsdemain.fr ou par téléphone : 06 87 55 14 42

Maison des sociétés - rue Raspail - 1er étage