Conseil municipal du 31 mars 2016 : Mon Intervention sur la mise en place de la vidéo verbalisation sur la commune. Nous ne sommes pas d’accord !

Les premières  caméras de vidéo surveillance ont été installées et mises en service à Oullins durant le mandat précédent.

Placées à des endroits de la ville repérés criminogènes, leur objectif clairement identifié était de filmer les actes de délinquance, pour pouvoir les tracer et poursuivre les personnes impliquées dans des actes malfaisants, lorsque des plaintes étaient déposées.

Ce dispositif plus préventif que de répressif, semble  rassurer  la majeure partie de la population qui se pense mieux protégée, à la fois par la police qui est sur le terrain, entreprend des rondes, et par les caméras qui doivent dissuader les  délinquants de passer à l’acte.

Le résultat final attendu est donc de réduire les actes de délinquance par la dissuasion d’abord, par la punition ensuite, même si toutes études ont déjà prouvé que la délinquance fuyait les caméras pour se déplacer ailleurs.

Dont acte.

La délibération que vous nous présentez ce soir vise cette fois la mise en place de la vidéo-verbalisation sur la commune, au motif que les infractions relatives au stationnement gênant perturbent la fluidité de la circulation dans le centre ville  et créent des embouteillages, en bloquant les véhicules de transports en commun. Vous avancez plus loin dans la délibération un second argument que la libre circulation des piétons, et notamment des personnes handicapées, des poussettes, des enfants est régulièrement entravée.

La délibération laisse enfin entendre que la vidéo-verbalisation est une finalité du système de vidéo surveillance et que cet outil est adapté pour lutter contre l’incivisme croissant et faire changer des comportements « non citoyen » des usagers de la route.

Je souhaite revenir sur ces différents points :

1)      L’absence de fluidité de la circulation en  centre ville et les embouteillages

Nombreux sont nos concitoyens, qui soir et matin se retrouvent « coincés » aux abords de la Grande rue, qu’ils voyagent en bus ou en voiture. Le bus 63 en provenance des quartiers Golf, Ifs, Bussière n’aborde que très difficilement la Grande rue et les nombreuses lignes qui l’empruntent sont bloquées aux heures de pointe par les feux de circulation et les arrêts qu’ils ont en commun. Le stationnement gênant tel qu’il est invoqué dans la délibération qui nous préoccupe n’est en rien responsable de l’étranglement du centre ville par une circulation mal organisée ni de l’inadaptation des déplacements.

A dire vrai, les travaux entrepris dans la Grande rue auraient dû être accompagnés d’un nouveau plan de circulation, qui n’a jamais vu le jour. Embellir la Grande rue ne suffisait pas. Les Oullinois attendaient qu’à ce prix les travaux apportent une nette amélioration dans leurs déplacements. Elle l’a été grâce au métro, très peu grâce aux travaux de la Grande rue. Un nouveau plan de circulation aurait exigé que soient repensés les déplacements dans notre ville, que soient distingués les déplacements intra muros de ceux nécessaires pour rejoindre l’agglomération et qu’une réponse adaptée, courageuse soit apportée pour encourager les uns et peut-être éviter les autres.

Cette vaste réflexion sur les déplacements s’est concentrée sur l’arrivée du métro dans notre ville dans le quartier de la Saulaie, avec au passage des parkings vélos et des véhicules électriques en service à la station, mais sans qu’il ne soit tenu compte des nouveaux modes de déplacement que cette connexion d’Oullins au métro allait générer pour les habitants ni qu’ils ne soient encouragés.

De fait, c’est cette cécité politique qui est à l’origine de la circulation perturbée en centre ville. L’incivisme auquel vous vous référez, s’il existe bien, n’est pas le cœur de ce problème.

Attardons-nous maintenant sur :

2)      La libre circulation des piétons et plus particulièrement des personnes à mobilité réduite

Que le stationnement intempestif puisse générer des troubles auprès des piétons et des personnes à mobilité réduite n’est pas à en douter.

Il est loin encore une fois d’être le seul responsable des difficultés que ces personnes rencontrent dans notre ville. Des aménagements ne seraient-ils pas prioritaires pour faciliter les accès ? Les escaliers situés près du théâtre et de la MJC ne sont-ils pas une entrave permanente à la libre circulation de toute personne à mobilité réduite ? Je sais que vous allez vous innocenter en pointant la Métropole de Lyon, dans laquelle vous siégez certes dans l’opposition, mais auprès de laquelle vous pouvez faire des propositions. Comment vous innocenter en revanche de la non prise en compte des personnes à mobilité réduite, tandis que la loi de 2005 demandait aux communes d’aménager leurs bâtiments, et méconnaître que l’Agenda d’accessibilité vous sauve, 9 ans à attendre encore avant que tous les travaux à entreprendre ne soient réalisés.

3)      Enfin encourager les habitants à un comportement citoyen peut se décliner en de multiples actions incitatives, au lieu d’être répressives, actions à penser et à mener collégialement avec des associations et des commerçants, avec les habitants eux-mêmes. Vous tournez le dos aux conseils de quartiers en refusant d’accompagner leur création : ils sont pourtant des instances citoyennes où de nombreuses initiatives sont prises par les habitants, où l’implication dans la cité les amène à se constituer sentinelles bienveillantes de leur quartier et à intervenir, responsabilisés par le rôle qu’ils assument et celui qu’une municipalité leur considère.

La mise en place de la vidéo-verbalisation aux motifs que vous invoquez n’est pas acceptable. Elle traduit surtout des faiblesses dans votre politique. Quant à obtenir le trophée « caméra » de la 1ère ville du Rhône vidéoverbalisée, nous préférons de loin travailler à celui des fleurs. Nous voterons contre cette délibération, même si le 1er avril a déjà été annoncé dans la presse en amont du Conseil municipal, avant que les élu/es s’expriment et votent, comme date effective de la mise en place de la vidéo verbalisation sur la commune.

Pas de commentaires pour le moment

Laisser un commentaire

Votre commentaire:

Permanence des élus

N'hésitez pas à nous contacter pour échanger !

Sur Rendez-vous : par mail : contact@oullinsdemain.fr ou par téléphone : 06 87 55 14 42

Maison des sociétés - rue Raspail - 1er étage