Conseil municipal du 25 septembre 2015 Intervention de Joëlle SECHAUD sur la révision du PLU-H et l’extension du périmètre à la commune de Quincieux

Depuis 2013, le Plan Local d’Urbanisme et le Programme local de l’Habitat de ce que l’on appelait le Grand Lyon ne font qu’un. Aujourd’hui la commune de Quincieux étant entrée dans la Métropole, il convient d’étendre la révision du PLU-H de la Métropole de Lyon sur le territoire de la commune de Quincieux.
Les orientations générales du Plan d’Aménagement et de Développement Durable du PLU-H sont au nombre de 4. Le développement de l’attractivité de la Métropole, son dynamisme économique favorable à la création d’emplois, la solidarité métropolitaine de manière à ce que tous les habitants puissent se loger et trouver le logement correspondant à leurs besoins, l’enjeu environnemental qui favorisera l’amélioration du cadre de vie et du bien-être des habitants.
Les 59 communes se rassemblant dans la Métropole vont participer à relever ces défis. La Métropole en tant que collectivité va quant à elle les mettre en mouvement et, selon les objectifs qu’elle s’est fixés, être attentive à ses habitants, où qu’ils se trouvent, elle sera facilitatrice à l’implantation de nouvelles entreprises, et favorisera notamment les nouvelles activités là où les personnes sont éloignées ou privées d’emploi, elle incitera ses habitants à la création d’entreprises de proximité, soutiendra le petit commerce par exemple, et le service à la population, elle développera encore les transports doux de façon à ce que les salariés puissent gagner leur lieu de travail sans difficultés de circulation ni d’accès et sans nuire à leur santé, elle fera en sorte que les communes ne se cloisonnent pas, mais soient accueillantes envers toutes les catégories sociales, elle fera donc en sorte que les communes assurent aux populations des parcours de logement avec le logement social en pied d’appel avant que les résidents puissent accéder à du locatif privé et à de la propriété. La Métropole va veiller aussi à garantir un cadre de vie de qualité à tous, de façon à créer du bien-être, cela passe par l’aménagement de parcs urbains par exemple, la végétalisation de nos villes mais aussi des déplacements apaisés. Mais la Métropole a besoin des efforts de chaque commune pour faire progresser l’ensemble du territoire, la solidarité ne peut pas se contenter de mots, elle doit être effective de manière à ce que tout le territoire puisse bouger. Il n’est donc plus envisageable de concentrer les logements sociaux sur quelques communes, mais bien de les répartir. Il n’est plus envisageable non plus de laisser s’enclaver des communes ou de les étouffer par manque de liaisons, les entreprises les bouderont, elles seront des dortoirs ou des résidences de luxe. Je pourrais poursuivre la longue liste des défis et des efforts à consentir. Vous aurez compris qu’Oullins a du pain sur la planche dans ce contexte métropolitain : logements sociaux, implantation d’entreprises et accompagnement de celles en place, commerces de proximité, quartiers désenclavés, services de proximité, déplacements, et rajoutons concertation avec les habitants.
L’évolution mise en mouvement récemment dans le Grand Lyon va incontestablement déjà dans ce sens. Le territoire du Grand Lyon aujourd’hui Métropole s’est globalement déjà beaucoup transformé pour devenir un espace à la fois de vie pour toutes les générations et les revenus, un espace de culture, d’activité diversifiée, d’études et de recherche, tout aspire à être interrelié et accessible par tous.
Chaque commune constitutive du territoire de la Métropole de Lyon va contribuer à relever ces quatre défis, encore faudra-t-il qu’elle prenne les orientations nécessaires. L’attractivité de la Métropole en termes culturels, environnementaux, emplois, tourisme, recherche, transports et liaisons, qualité de vie, qui se traduit mécaniquement par l’implantation d’entreprises et le développement démographique, se répercute tout aussi mécaniquement sur les communes qui la composent, encore faut-il pour qu’elles puissent elles aussi participer à cette impulsion et que les critères ci-dessus trouvent localement une réponse équivalente.
A l’échelle d’Oullins, qui est située à l’entrée sud de Lyon, les 4 enjeux métropolitains nous donnent l’occasion d’interroger ce qui s’y fait actuellement, de mesurer l’écart avec ce qu’il faut y faire pour jouer dans la métropole de Lyon, je veux dire par là pour que la ville soit attractive à la fois pour les habitants et pour l’activité économique, et pour qu’Oullins ne rate pas le train 100 ans après en avoir été la ligne forte.
D’ores et déjà, au regard de ces 4 grands défis qui nous sont proposés, les constats que nous pouvons faire sont inquiétants car les actions engagées sont bien souvent trop timides : Economiquement, Oullins n’accueille pas suffisamment d’entreprises sur son territoire et n’est donc pas un grand bassin d’emplois. La toute récente implantation de Fagerhult, fabriquant d’éclairage design est isolée. Les commerces y rencontrent des difficultés grande rue compris et ceux installés dans les différents quartiers de la ville souffrent depuis des années à la fois du changement dans le mode de consommation des ménages, mais aussi d’un manque de soutien, pour ne pas dire d’abandon de la part de votre majorité, il n’est pour s’en convaincre que de compter les locaux vides depuis des années aux Célestins et les locaux abandonnés rue Pierre Sémard depuis que la rue est laissée à l’abandon. Oullins ne procure que très peu d’emplois, et ne les procure pas aux Oullinois et encore moins aux habitants en demande d’emplois comme le sont beaucoup de jeunes des quartiers de la Saulaie et du Golf. Alors quand le dynamisme économique de l’agglomération soufflera-t-il sur Oullins ? Dans le cas des commerces et des déplacements, les travaux de la Grande rue n’ont rien amélioré, dans le cas de l’emploi les entreprises implantées dans la zone d’activité de la Saulaie ne recrutent pas au sein du public local en demande.
Notre commune a pourtant un atout majeur, notamment en termes de déplacements et d’environnement : le métro. En desservant notre commune il apporte aux habitants une qualité de vie indéniable, il devrait être aussi un soutien considérable pour relever le défi économique. Mais quand ? Votre défi à vous, Mr le maire, est-il de tout concentrer sur le foncier miracle des anciennes friches SNCF ?
Oullins est en revanche incontestablement une ville où l’on habite et où on pratique la vie associative : habitée par de nombreux cheminots, elle a capté aussi ces dernières décennies une population d’employés et de cadres moyens du privé. Bénéficiant de sa situation géographique, aux portes de Lyon, aujourd’hui à 15mm de la gare Part Dieu en métro, elle pourrait tenir de belles promesses en matière de mixité de la population et de logements : logements pour tous les âges, pour tous les revenus, pour toutes les familles, pour tous les emplois accessibles en TC. Mais il se trouve que l’habitat à Oullins est ancien (près de 80% des maisons ont été construites avant les années 1980, près de 66% en ce qui concerne les appartements), ce qui signifie que le bâti d’Oullins, pour la plus grande part ancien et donc mal isolé, est dispendieux en termes d’énergie et souffre d’un manque d’attractivité. Une vaste campagne d’information et d’aide à la rénovation des logements serait nécessaire. Le pari qui consisterait à ne loger les nouveaux habitants que dans les logements neufs porterait un coup supplémentaire à la mixité de la population, laquelle population oullinoise actuelle se compose pour près de 35% de familles avec enfants et plus de 20% de personnes âgées, ce qui signifie que nous avons devant nous un défi de solidarité à relever. Pour pouvoir accueillir des familles comme des personnes âgées, nous devons veiller à leur proposer des logements à des prix abordables et les services afférents. L’habitat, on le voit, est un élément essentiel pour notre ville si nous voulons qu’elle puisse jouer un rôle tout aussi essentiel aussi dans la métropole. De la rénovation des logements pour la plupart anciens pour les rendre économes en énergie à la construction de nouveaux logements à des prix abordables pour pouvoir accueillir une plus forte démographie de la ville et veiller à un équilibre des populations est un enjeu considérable. Or à ce jour, vous n’assurez pas un équilibre dans le logement et vous ne répondez pas aux exigences de solidarité avec les 58 autres communes de la Métropole non plus. Notre logement social est minime, 17% seulement, et très concentré sur deux, voire trois quartiers de la ville. Les quelques réalisations récentes ne permettent pas ce rééquilibrage dont notre commune a besoin pour que tous ses habitants vivent bien. Attendre, comme vous l’avez si souvent laissé entendre, que le rééquilibrage en logements sociaux se fasse avec l’aménagement des anciennes friches Sncf à raison de 30% de logements sociaux, n’est pas la réponse aux difficultés présentes que rencontrent les personnes pour se loger lorsque leurs revenus sont modestes ni une reconnaissance de votre part et de votre équipe des conditions dans lesquelles les personnes concernées se logent actuellement.
L’autre défi que la ville d’Oullins et le futur maire de celle-ci aura à relever sera de faire une richesse des contrastes de ses territoires, de redonner de la cohésion, du vivre ensemble à sa population très différenciée, en rassemblant autour de projets partagés : les habitants d’Oullins sont en effet très différemment installés, les uns sur les hauteurs, les autres au bord de l’autoroute ou de la voie ferrée en zone industrielle, d’autres en pleine activité du centre ville, d’autres encore dans des quartiers résidentiels, les habitants d’oullins connaissent aussi des situations très différentes et certaines se regroupent par quartier : familles monoparentales, personnes seules, personnes âgées, ménages en activité, ménages au chômage, jeunes Bac+2 et plus, jeunes sans formation. Nul ne saurait contourner la concertation et le dialogue permanent pour réunir cette diversité. Et prenons garde que le nouvel aménagement des friches Sncf ne crée pas de distension, mais renforce bien la cohésion. Réunion le 6 oct. pour en parler.
Concernant les déplacements et la qualité environnementale de notre cadre de vie, le métro, qui est incontestablement déjà un booster des déplacements, ne peut pas jouer pleinement son rôle sans forte activité économique ni autre attractivité à desservir. Si les Oullinois et tous les habitants du sud Ouest lyonnais peuvent atteindre à partir d’Oullins gare le centre de Lyon en 15mm et les communes périphériques en peu de temps, l’inverse est également vrai. Les lyonnais et les habitants des communes périphériques nous rejoignent en 15mm aussi. Encore faut-il qu’ils trouvent à Oullins de quoi justifier leur déplacement. Beaucoup ont pris l’habitude de se déplacer en modes doux dans Lyon, notamment en vélo. Peuvent-ils poursuivre leur chemin à Oullins ? Des pictogrammes au sol leur indiquent que oui. C’est pourtant à leurs risques et périls car les habitudes anciennes du vélo, après que Mr Terrot ait supprimé les pistes cyclables aménagées par son prédécesseur ont été effacées et comme vous avez de 1997 à 2015, Mr le Maire, négligé les modes doux, les habitudes voitures se sont ancrées et les pictogrammes au sol ne suffisent pas à faire une voirie partagée. Après tant d’années tout voitures, sans information relayée et pédagogie, éducation, les cyclistes resteront des extraterrestres dans notre commune. Quant aux piétons, il semblerait qu’ils n’aient pas encore leur mot à dire.
En conclusion pour ce soir car le sujet est inépuisable nous voterons pour cette délibération.

Pas de commentaires pour le moment

Laisser un commentaire

Votre commentaire:

Permanence des élus

N'hésitez pas à nous contacter pour échanger !

Sur Rendez-vous : par mail : contact@oullinsdemain.fr ou par téléphone : 06 87 55 14 42

Maison des sociétés - rue Raspail - 1er étage