Conseil Municipal du 21 décembre 2016 : Mon intervention sur le Budget primitif 2017

Je tiens à commencer mon intervention par les remerciements que nous, élu/es du groupe « Oullins demain » adressons aux agents pour le travail consciencieux qu’ils effectuent tout au long de l’année et leur investissement au service de la collectivité.

Quant au budget que vous nous présentez cette année, comme tous ceux que vous nous présentez année après année, c’est

1° Brouillard au Pont d’Oullins. Pourquoi ?
Parce que votre empreinte budgétaire pour notre commune, c’est d’inscrire les dépenses et les recettes annuelles. Gestion au jour le jour. C’est comme si vous conduisiez une formule 1 sans repérer le circuit. Du coup, ni vous apportez la preuve que vous savez dessiner la ville à 30 ans, ni vous emmenez nos concitoyens dans un projet de ville, même pas sur la seule durée de votre mandat. Et de surcroît vous mettez beaucoup de monde en difficultés par votre absence de prévision sur le moyen terme, les premières de vos victimes sont les bénévoles et adhérents associatifs auxquels vous imposez des contraintes supplémentaires d’une année à une autre et qui sont dans un trou noir concernant l’utilisation et la fermeture pour travaux des équipements sportifs. A quand la rénovation de la piscine par exemple ? Notre intuition nous dit que vous la programmez à la fin du mandat, histoire de marquer les esprits.
Que faut-il conclure de votre volonté de rendre illisibles le budget ? Vous hibernez dans un budget annuel et ne voulez pas rendre de compte au-delà.
Que manque-t-il donc pour y voir clair ? Une Programmation Pluriannuelle d’investissements. Simplement votre programme de campagne décliné et budgété de 2014 à 2020, un outil de référence, d’abord pour vous, car il vous permettrait d’éviter les décisions impulsives et de tenir vos engagements, et puis pour nos concitoyens qui pourraient ainsi évaluer le réalisé ou non.
Au lieu de cela, nous découvrons dans ce budget 2017 que vous réactualisez des promesses de 2008, comme le jardin sans fin, que vous réinventez Chicago à Oullins pour investir à tout crin dans la sécurité et l’armement, qu’en l’absence d’aménagement de voies modes doux promis aux élections, vous êtes indifférent à la santé des Oullinois et à leur qualité de vie, mais je reviendrai en détail sur ces sujets.

Vous savez comme nous que la PPI est un outil indispensable : vous n’auriez pas fait entendre votre voix à son sujet sinon en 2015 à la Métropole de Lyon. Indispensable à la Métropole, l’outil ne le serait plus à Oullins!

2° Le budget 2017 comme les précédents, c’est aussi l’entreprise Titanic. Comme Edward Smith, son commandant, vous avez été prévenu. Lui savait que sans jumelles il ne verrait que trop tard le champ de glaces. On connaît la conséquence collective de sa négligence. Et vous, que savez-vous que vous ne faîtes pas, prêt à couler Oullins ? Vous ne constituez pas de ressources propres, en un mot vous n’économisez pas sur les dépenses de fonctionnement, pour autofinancer une partie des investissements. Le gros avantage à constituer de l’épargne au fil des années, et depuis 1997 vous avez eu 19 ans pour vous organiser, c’est moins d’emprunts, moins de capital à rembourser, moins de taux d’intérêts à payer.
Nous attendions de votre « renaissance » bancaire, c’est à dire le rachat des emprunts toxiques, que vous ayez la sagesse de changer de méthode, qu’enfin vous alliez économiser au lieu d’endetter systématiquement la commune. Nous constatons que l’autofinancement inscrit au budget 2017 n’a pas augmenté d’un centime par rapport aux années antérieures. Conséquence du Titanic à Oullins : les investissements reculent de moitié – dans les faits ce sont des services que vous ne rendez pas à la population – . Autre conséquence collective de notre Titanic : les banques ont évalué la fragilité de votre gestion financière et n’acceptent de vous prêter qu’en contrepartie de taux d’intérêt bien plus élevés que les taux en cours ( là où d’autres collectivités empruntent à moins de 1 %, celui que vous dîtes négocier est à plus de 3 %!). Oullins est immobilisée entre trois icebergs : le capital énorme à rembourser, les taux d’intérêts élevés imposés à notre ville et les caisses vides.
Faut-il voir dans ces faits les signes d’une bonne gestion !
Analysons en détail votre budget 2017 qui est un bilan de mi-mandat.

Comment évoluent les dépenses de fonctionnement, celles sur lesquelles devraient être faites des économies pour pouvoir dégager de l’investissement et répondre aux besoins d’une ville que l’on voudrait faire avancer et dont on voudrait qu’elle participe au dynamisme métropolitain ?
Chez nous, à Oullins, ces dépenses-là augmentent, 25,1 millions€ en 2014, 26, 4€ en 2016, 27,4€ en 2017, soit 2,3 millions de dépenses de fonctionnement supplémentaires en 3 ans. La priorité, celle de contraindre cette section, est donc ratée !
Charges de personnel + les autres charges de gestion courante + les charges financières et charges exceptionnelles, voilà la nature des dépenses de fonctionnement. Dans les charges de personnel il faut aussi compter les directeurs adjoints dont vous vous êtes délestés et qui gérées par le centre de gestion sont encore payées par la ville.
Quant aux charges financières, elles nous étouffent, puisque après avoir contracté des emprunts toxiques à la fin de votre 1er mandat, vous avez dû en demander le rachat en 2015 et réenclencher 20 nouvelles années d’emprunt. Traduction pour 2017 : 1,5 million pour régler les intérêts à échéance. Certes, la ville n’est plus sous la menace des envolées des taux, mais à cause de ces emprunts passés elle est lourdement endettée et l’on verra plus loin comment les habitants d’aujourd’hui et de demain sont les premiers impactés financièrement par ces choix.
Il ne reste plus qu’à économiser sur les charges à caractère général : C’est le moment d’activer l’Agenda21 et de faire d’Oullins une ville engagée dans la transition énergétique. Elle contribuera largement à réduire les consommations d’eau et d’électricité, les carburants.
Mais au lieu de chercher comment économiser, vous engagez la ville dans des dépenses supplémentaires, très contestables ; vous décidez d’armer les policiers les municipaux. Ce virage sécuritaire que vous nous imposez ne répond pas à la situation réelle : ni les actes d’incivilité constatés ni les récentes délibérations de protection juridictionnelle envers les policiers municipaux exposés parfois aux injures ne suffisent à faire des délinquants des Al Capone auxquels il faudrait répondre par les armes. Prendre l’État d’urgence pour raison à l’armement des policiers municipaux ne relève aucunement de la sécurité des Oullinois. Il relève tout au contraire de la volonté de propager la peur comme vous avez si bien su faire en 2013, et d’instiller un sentiment d’insécurité auprès de la population, notamment celle fragilisée par l’âge. Mais quand on donne une arme à un homme, qu’il soit policier municipal ou pas, on en fait un autre homme.
Je vous rappelle que la police municipale est une police administrative. Les agents de cette police exécutent dans la limite de leurs attributions et sous l’autorité du maire, les tâches que ce dernier leur confie en matière de prévention et de surveillance du bon ordre, de la tranquillité, de la sécurité et de la salubrité publiques (ils exécutent des arrêtés de police du maire, constatent, par procès-verbaux, des infractions à ces arrêtés). Les missions des policiers municipaux en matière de surveillance générale de la voie et des lieux publics s’inscrivent dans le cadre d’une police de proximité. Ils doivent donc travailler en étroite coordination avec les services de la police et de la gendarmerie nationales. Mais les missions de police municipale doivent rester clairement distinctes de celles de la police nationale. La PM n’a pas à être armée. D’ailleurs les policiers municipaux sont-ils les seules cibles sur l’espace public ? Non, les agents de surveillance de la voie publique (ASVP), pour ne citer qu’eux, en sont aussi. Il n’est pas pour autant question de les armer.
Certes, l’émotion suscitée par les drames que nous avons connus est légitime, mais elle ne doit pas faire l’objet de récupérations corporatistes. L’armement de la PM aura d’autres conséquences encore, sur le plan juridique et financier. Une habilitation est nécessaire avec une formation continue avec des séances de tir, connaissance des textes de loi relatifs aux catégories d’armes mais également les caractéristiques de la légitime défense.

Maintenant creusons du côté des recettes de fonctionnement : le prix payer pour vivre Oullins, c’est à dire les taxes foncières et d’habitation, les droits de stationnement, les tarifs communaux, mais aussi les dotations, celles de l’État, de la Métropole….La métropole de Lyon, on le sait, crée de l’emploi et attire du coup de nouveaux habitants. Notre commune bénéficie pleinement de cette dynamique.
La ville gagne de nouveaux arrivants et comme vous avez augmenté les impôts en 2014, les recettes fiscales ont pris + 8,7 % entre 2014 et 2017. On vous entend beaucoup vous exprimer contre l’État : A l’écoute des maires, il a pourtant réduit cette année de moitié la baisse prévue de ses dotations. Il a aussi octroyé à Oullins une nouvelle respiration par le fonds de soutien – 600 000€ par an – pour que la ville n’agonise pas dans les emprunts à risques. On ne vous entend pas en revanche revendiquer la participation de la Région, que Mr Wauquiez a fait disparaître du budget 2017 de notre commune.
Quoi qu’il en soit, le potentiel financier de notre commune est en augmentation de 3,4 % depuis 2014, ce qui devrait apporter de l’air à une ville qui suffoque. Et l’on peut se demander pourquoi vous ne rendez pas la ville éligible aux dispositifs que finance l’État ?

Dans ce paysage qui pourrait prendre une allure réjouissante, un pavé dans la mare : L’encours de la dette ! 1030,85€ par habitant en 2017 après la sortie des emprunts toxiques. 1043,12€ avant en 2014. Une baisse de seulement 1,2 % entre l’avant et l’après. C’est une source de grande inquiétude au regard des sommes payées par les contribuables pour dégager la commune de ces taux toxiques, que ces versements aient été faits par la ville comme par l’État. Et que dire de l’encours de la dette par rapport aux recettes de fonctionnement. Oullins détient un trophée, comme vous les aimez, Mr le Maire. Il est de 123,93 % en 2017, il était de 105,91 % en 2014 = le ratio a augmenté de 18,02 points en 3 ans. Comparons notre situation à celle des villes de même strate : La moyenne de la strate est de 74,9 % en 2017, elle était de 82 % en 2014. Le ratio baisse de 7,1 points, signe d’une amélioration de leur situation. Tout est dit. Vous remportez le trophée d’avoir dégradé la position de la ville !

Visitons maintenant votre programme d’investissement 2017: il se compose d’incertitudes comme la passerelle Yzeronne, d’un achat de foncier, le terrain de tennis du Cascol, mais payé sur 3 ans, d’un peu de château de la Bussière, de travaux d’accessibilité rendus obligatoires qui ont failli nous coûter des pénalités d’amende tant vous avez attendu, de la rénovation de la salle des fêtes du Parc Chabrières qui en tant qu’équipement recevant du public ne respecte pas à ce jour les normes de sécurité, du cimetière et du crédit que vous faîtes finalement à la ville de Grigny en aménageant pour elle aux frais des Oullinois l’agrandissement du centre de supervision urbaine. On cherche dans ce budget 2017 et à mi-mandat les pans entiers de votre programme aux municipales 2014 comme les modes doux : vous promettiez des cheminements piétonniers et des pistes cyclables. Qu’avez-vous fait ? Vous promettiez la reconquête de l’espace public ? Néant. Vous annonciez de l’économie et de la création d’emplois ? Allez voir du côté des quartiers où les jeunes sont plus de 30 % au chômage s’ils peuvent se contenter de votre promesse ! Vous promettiez aux Oullinois un « chacun chez soi » aussi. Pensez-vous que la plupart des logements que vous autorisez à construire soit accessible à tous et pensez-vous bonne votre politique du logement et du vivre ensemble à vouloir concentrer les logements sociaux sur les friches SNCF? Vous promettiez aussi de nouveaux équipements, des lieux de concertation, ils n’existent pas, et vous prôniez le tissu associatif, celui auquel vous serrez aujourd’hui les subventions et durcissez les conditions d’attribution de salles et de subventions….

Nous voterons contre le budget 2017.

Pas de commentaires pour le moment

Laisser un commentaire

Votre commentaire:

Permanence des élus

N'hésitez pas à nous contacter pour échanger !

Sur Rendez-vous : par mail : contact@oullinsdemain.fr ou par téléphone : 06 87 55 14 42

Maison des sociétés - rue Raspail - 1er étage