Concertation publique sur la création d’une ZAC-LA SAULAIE : La contribution des élu.es socialistes et apparenté.es

Oullins Demain, groupe des élu.es socialistes et apparenté.es

Mairie d’Oullins

Place Roger Salengro

69600 OULLINS

 

Concertation publique sur la création d’une ZAC – LA SAULAIE – OULLINS/LA MULATIERE

Contribution

 

Oullins a un potentiel foncier qui va participer à l’attractivité de la commune et à celle la Métropole : Les friches SNCF, bordant le quartier ancien de la Saulaie. A ces hectares  vacants à Oullins répondent de l’autre côté de l’Yzeron les hectares occupés par les ateliers de la Mulatière, dont la SNCF a  programmé la fermeture. Il existe donc une continuité géographique  à ne pas rompre. Nous pensons qu’elle doit être transformée en une seule entité urbaine et que ce morceau d’intercommunalité se doit d’être construit et aménagé en plaçant l’humain au cœur du projet, contrairement à de nombreux projets urbains du passé qui ne poursuivaient qu’un objectif  quantitatif en termes de logements et ont pu négliger la vie qualitative de leurs occupants dans le quartier.

 

Le site, que constitue cet ancien socle industriel, est stratégique. Sa situation géographique en bordure du prochain boulevard urbain, promis par la requalification de l’autoroute A7, et du Rhône, le place comme porte d’entrée Sud-Ouest de l’agglomération et en fait l’un des côtés d’un triangle constitué des deux autres Confluence et Gerland. Il sera le signal envoyé à toute personne pénétrant dans l’agglomération par cette porte d’une Métropole humaine ou inhumaine, verte ou non, facilitant ou entravant les mobilités plurielles de ses habitants, protégeant ou sous-estimant leur qualité de vie et donc leur santé.

 

Cet ancien site industriel a rassemblé jadis l’activité économique de toute une ville, l’activité coopérative et associative, fourmilières elles-mêmes d’emplois et de solidarité,  et a généré de l’habitat pour les cheminots – en témoignent les cités ouvrières C. Désormes et Jacquard. Mais le quartier de La Saulaie, peu à peu délaissé par les acteurs économiques, a été abandonné par les politiques qui l’ont enfermé entre l’autoroute A7 et la voie ferrée et y ont concentré les logements sociaux de toute une ville. Exposées aux nuisances atmosphériques et sonores, plusieurs générations d’habitants ont inhalé et inhalent encore les gaz d’échappement des véhicules empruntant l’autoroute et les substances chimiques dangereuses contenues dans le sol pollué des friches ; elles vont vécu et vivent encore, coupées de toute mixité sociale, leurs difficultés sociales et économiques comme une fatalité.

 

En politiques responsables, nous devons veiller à ce que ce nouveau projet urbain soit exigeant, qu’il accueille une population mixte en proposant des logements permettant aux familles d’accéder à toutes les étapes d’un parcours résidentiel, qu’il résonne avec l’évolution et la diversité de nos modes de vie, qu’il soit un pari entre ville et nature, qu’il mette en œuvre la transition énergétique et accorde une place prépondérante aux échanges entre citoyens et à la solidarité, qu’il crée et aménage des espaces de rencontre entre habitants, mais aussi entre les personnes présentes sur le site. Nous devons donc veiller à ce que la création d’un morceau de ville  s’inspire du meilleur pour les hommes et non du pire.

La reconquête apaisée des berges du Rhône grâce à la déclassification de l’autoroute A6/A7 et la réappropriation du fleuve dans toute sa longueur, de Lyon jusqu’à Pierre Bénite en passant par La Mulatière et Oullins par les habitants de la Métropole participeront à faire de cette porte d’entrée Sud-Ouest dans Lyon, constituée des communes citées, un nouveau poumon vert de l’agglomération, sous condition de son rattachement au quartier de Gerland, situé sur la rive gauche du Rhône, par un franchissement apaisé du fleuve et à la réalisation de continuités modes actifs, prenant en compte l’accessibilité, entre Oullins et les communes limitrophes de Pierre Bénite, La Mulatière.

A cet égard nous accueillons la requalification de la portion d’autoroute A7 située entre Limonest et Pierre Bénite avec soulagement, puisque sa transformation en boulevard urbain apaisé promet des aménagements favorisant le développement des déplacements doux et un axe modes doux continu reliant le Nord de Lyon aux communes du Sud lyonnais, préfigurant l’agrafe manquante avec la ViaRhôna. L’aménagement de la rive droite du Rhône en espace de promenade et la construction d’une passerelle piétonne cyclable enjambant le Rhône en constituent pour notre groupe un complément indispensable : La suppression de la coupure du fleuve entre le quartier d’habitation, d’études, d’activités économiques et de loisirs de Gerland et ceux de la Saulaie à Oullins et de La Mulatière permettra ainsi de une perméabilité des activités et des déplacements d’une rive à l’autre et, dans sa contribution à la mixité des populations, mettra un terme au contournement obligatoire par le pont de la Mulatière. Une nouvelle respiration insufflée à ces quartiers et à leurs habitants, trop longtemps exposés aux pollutions et fragilisés par les risques sanitaires, oxygènera le territoire entier des villes situées dans ce périmètre, sera garante de la santé des personnes, encouragera les communes concernées à développer harmonieusement et équitablement des politiques de mobilités actives.

 

Entièrement détruit, ce nouveau quartier ne peut pas se construire en balayant le passé glorieux, il doit être le lieu de transformation de cette mémoire collective en urbanisme inventif et respectueux de la vie d’un morceau de ville digne des lumières du XXIème siècle : en faisant cohabiter 1.une dynamique immobilière innovante – penser les logements modulables pour s’adapter aux âges de la vie et à la taille évolutive des ménages, construire des immeubles solidaires « à esprit de famille » (familles, étudiants, seniors, personnes handicapées sous un même toit), logements de haute performance énergétique accessibles à tous les revenus et donc à la location PLAI et PLUS (Oullins notamment doit enfin prendre sa part de solidarité urbaine et disposer du nombre de logements sociaux (article 55 de la loi SRU n°2000-1208 du 13 décembre 2000) portés par la loi du 18 janvier 2013 à 25 % d’ici 2025. et à la propriété – , 2.le retour de la biodiversité en ville – faire fleurir des jardins au sol et sur les toits,  accompagner l’activité partagée de jardinage par les habitants et les salariés des entreprises et les rendre acteurs de leur bien-être social et de leur santé, aménager les berges de l’Yzeron jusqu’au Rhône – , 3. La régénérescence d’une dynamique économique, enclenchée par la ZAC au sud de la Saulaie – contribuer à l’offre et attractivité tertiaires de la Métropole, développer dans un même temps sur ce territoire de nouvelles formes d’immobilier comme les espaces de coworking et favoriser les entreprises liées aux nouvelles technologies, créer une pépinière d’entreprises artisanales, notamment alimentaires en soutien aux circuits courts et aux produits biologiques cultivés sur le territoire Sud-Ouest lyonnais, fournisseurs des commerce de proximité,  étendre de ce côté-ci du Rhône le pôle des sciences de la vie implanté sur le Biodistrict Gerland/Charles Mérieux et offrir son autre profil à Oullins pour faire du vivre en bonne santé, valeur métropolitaine, le fer de lance du Sud-Ouest lyonnais -, 4.le développement de l’hébergement touristique – diversifier l’offre hôtelière en complétant les hôtels Campanile et du formule 1 d’un centre d’accueil international pour les jeunes – 5.la mémoire de la richesse culturelle du patrimoine industriel de la ville – raviver l’histoire cheminote de la ville en confiant à La Cité de la Création la réalisation d’une ou plusieurs fresques sur les façades de certaines constructions ; reconvertir l’atelier conservé, patrimoine culturel de la ville,  en un lieu dédié aux citoyens et à leurs initiatives au service du collectif.

 

Les nombreux hectares à aménager, friches industrielles à Oullins, propriété de la Métropole de Lyon, ateliers encore activité et bientôt fermés à La Mulatière, propriété de la SNCF, sont attenants au quartier « historique » de la Saulaie. Aussi ce quartier dans son ensemble peut-il être à l’aube d’une reconfiguration intercommunale, favorisée par le réaménagement de  la rue Dubois Crancé en  artère centrale, enjambant l’Yzeron et se prolongeant jusqu’à La Mulatière, ainsi que par la construction d’une crèche et d’une école primaire publique qui pourraient s’envisager intercommunales et qui selon une nouvelle carte scolaire accueilleraient les enfants oullinois et mulatins de ce secteur. Réussir la jonction entre cette entité urbaine et les rues Sémard, Aulagne, République, Parmentier, Jean Macé et Blanqui demande à ce que la suture soit douce et naturelle : Ligne des habitations, végétalisation de parcours et d’espaces, aménagements en faveur d’une pluralité des modes de déplacements.

 

Le souffle apporté par les nouvelles constructions, les nouvelles activités économiques, la végétalisation de l espace public, l’aménagement de voies en faveur des mobilités actives sur l’emplacement des friches SNCF doit bénéficier au quartier d’origine dit historique : ce dernier, empreinte historique de notre ville, ne doit pas s’effacer, mais respirer comme un  des deux poumons de ce morceau de ville. Il serait une erreur de hiérarchiser les sites, de recentrer le cœur du quartier de La Saulaie sur le nouvel espace à aménager et de déménager les espaces publics existants. Il s’agit bien au contraire pour créer une entité urbaine et humaine de faire se répondre deux sites par l’aménagement d’équipements singuliers, rendant nécessaire la mobilité de l’un vers l’autre.

 

Joëlle SECHAUD, Jérémy FAVRE, Raphaël PERRICHON

 

 

Pas de commentaires pour le moment

Laisser un commentaire

Votre commentaire:

Permanence des élus

N'hésitez pas à nous contacter pour échanger !

Sur Rendez-vous : par mail : contact@oullinsdemain.fr ou par téléphone : 06 87 55 14 42

Maison des sociétés - rue Raspail - 1er étage