Concertation Projet de révision du Plan Local de l’Urbanisme et de l’Habitat : Notre contribution

OULLINS DEMAIN

Groupe des élu/es socialistes et apparenté/es

Hôtel de ville

1, rue Etienne Dolet

69600 OULLINS

 

Concertation au sujet du Projet de révision du Plan Local de l’Urbanisme et de l’Habitat

Contribution d’Oullins demain, groupe des élu/es socialistes et apparenté/es

 

Nous avançons dans cette contribution des propositions pour l’urbanisation et l’habitat de la commune d’Oullins. Elles s’appuient sur des constats locaux : Certains sont des atouts, d’autres des contraintes. Elles intègrent bien entendu le Plan d’Aménagement et de Développement Durable (PADD) et prennent en compte le plan oxygène et le plan d’actions pour les mobilités actives de la Métropole de Lyon.

La situation géographique spécifique d’Oullins confère à la ville une position stratégique : elle est ancrée dans un bassin de vie, celui des Lônes et des Côteaux du Rhône, qui établit le lien entre la Métropole et les agglomérations stéphanoise et viennoise. Notre commune est située comme ses voisines Pierre Bénite et Saint-Genis Laval aux portes Sud-Ouest de l’agglomération et en constitue avec elles son entrée. Elle est bordée par la rivière Yzeron qui la lie à la commune de La Mulatière. Elle doit au fleuve Le Rhône qui la longe d’être un des trois côtés d’un triangle, composé des quartiers de la Confluence et de Gerland. Le développement des transports en commun, et plus particulièrement le prolongement de la ligne B du métro associé au train conforte et amplifie cette connexion d’Oullins à la ville centre, Lyon, et à un plus large territoire, et fait d’elle dans ce domaine un phare des modes doux du Sud-Ouest lyonnais.

Oullins, porte d’entrée Sud de la Métropole de Lyon, est une des communes exposées aux risques industriels et technologiques et à la pollution de l’air, générés par la vallée de la chimie, et à ceux des inondations provoquées par la rivière Yzeron qui la traverse d’Est en Ouest. Ses nombreux espaces naturels et végétalisés sont pourtant un gage d’une qualité de vie qu’il est nécessaire de préserver. La nature en ville est un des atouts à protéger et à développer encore pour favoriser la santé des habitants, assurer leur bien-être et renforcer l’attractivité de cet espace de vie, à quelques minutes de la ville hyper centre, Lyon. La préservation des richesses naturelles – parcs et bois – , la liaison entre nos trames verte et bleue et l’aménagement d’espaces publics végétalisés aux abords de nouvelles constructions en centre-ville, là où de nouvelles parcelles se libèrent et où des friches attendent d’être occupées – squares, jardins,, allées arborées, toitures terrasses et murs végétalisés – laisseront respirer la ville et ses habitants. La reconquête apaisée des berges du Rhône grâce à la déclassification de l’autoroute A6/A7 et la réappropriation du fleuve dans toute sa longueur, de Lyon jusqu’à Pierre Bénite en passant par La Mulatière et Oullins par les habitants de la Métropole participeront à faire de cette porte d’entrée Sud dans Lyon, constituée des communes citées, un nouveau poumon vert de l’agglomération, sous condition de son rattachement au quartier de Gerland, situé sur la rive gauche du Rhône, par un franchissement apaisé du fleuve et à la réalisation de continuités modes actifs, prenant en compte l’accessibilité, entre Oullins et les communes limitrophes de Pierre Bénite, La Mulatière et Saint-Genis Laval.

L’identité de la ville d’Oullins s’exprime aussi dans la diversité de ses quartiers : Certains sont résidentiels avec un habitat individuel, d’autres sont urbains intermédiaires, enfin le centre-ville avec des bâtiments d’habitation alignés, peu élevés de deux, voire trois étages. Mais le bâti – maisons individuelles et habitations collectives – est à plus de 60 % ancien : Datant d’avant 1975, il gaspille l’énergie et contrevient au confort des résidents. Créatrice d’emplois et notamment d’insertion, nous souhaitons que la filière de la rénovation énergétique des bâtiments puisse bénéficier à Oullins d’un programme dédié : Nous préconisons la réhabilitation et la rénovation énergétique de l’ensemble du parc de logements anciens, lorsqu’elles sont réalistes et que les constructions appartiennent au patrimoine de la ville ou la reconstruction si nécessaire, afin de réduire la consommation énergétique des habitations en plus d’en diminuer les charges, et de créer de nouvelles capacités à vivre bien en ville.

L’arrivée du métro en plein coeur de ville en 2023, sous la place Anatole France, renforcera la qualité de vie des habitants, qui pourront de là sans pollution ni perte de temps rejoindre Lyon et croiser leur itinéraire avec d’autres modes de déplacement ou transports en commun. Cette desserte très centrale dans une composition urbaine concentrique convoque en cohérence l’aménagement de rabattements réservés aux mobilités actives. Certains emplacements de voirie ont déjà été réservés en plein centre pour des élargissements ou des créations (Conf. PLU-H Oullins, Règlement, Servitudes d’urbanisme particulières, Modification n°11/2015). Mais d’autres voies demandent à être réservées aux modes actifs et aménagées pour apaiser la liaison des quartiers d’Oullins (Montmein, Ampère, La Saulaie, Le Golf-Montlouis) au centre-ville, et à être ramifiées aux communes d’accroche naturelle avec Oullins (Pierre Bénite, La Mulatière, Saint-Genis Laval) : Inscrites au futur PLU-H, ces aménagements de proximité amélioreront les conditions de déplacement de chacun/e et feront d’ Oullins une ville plus douce : Grâce à la diminution du trafic motorisé et au désengorgement automobile de la ville, notamment de ses liaisons internes -quartiers/centre -, Oullins fera après celui grâce au métro un second pas vers les enjeux de santé publique et d’environnement au bénéfice des habitants qui gagneront en qualité de l’air et donc de vie. Ces voies de mobilités actives complémentaires aux autres modes de déplacement auront aussi pour effet d’améliorer la circulation des bus TCL, de parer au stationnement rendu moins nécessaire dans le centre et à ses abords et de faciliter l’accès au métro.

La future station de métro sous la place Anatole France nous inspire aussi le réaménagement de ladite place, que nous pensons point de départ de la recomposition d’un centre-ville, associant dans une même entité les activités commerciales du boulevard E. Zola et de la Grande rue et créant un nouveau périmètre de centre-ville allant de la place Anatole France, en passant par les rues de la République, Narcisse Bertholey vers le boulevard E. Zola. L’aménagement du passage de la ville, nommé Roland Bernard en mémoire à ce maire auquel on doit une vision urbanistique dont ce lien entre le parc du Prado et la place, avait anticipé les conséquences néfastes de la circulation exponentielle dans la Grande rue et élargi le centre de vie. Le nouveau redéploiement du centre ville que nous proposons à notre tour et dont nous avons cité les contours plus haut doit intégrer l’ilôt entre les rues Bertholey, Fleury et République, pour y créer des constructions nouvelles, mais aussi y aménager un espace public végétalisé et des linéaires de verdure.

Oullins a le potentiel foncier pour participer à l’attractivité de la Métropole et accentuer sa part dans son développement économique : Les friches SNCF, bordant le quartier historique de la Saulaie, auxquelles répondent de l’autre côté de l’Yzeron les ateliers de la Mulatière dont la SNCF a programmé la fermeture prochaine, qui doivent être valorisées en quartier exemplaire. Nous pensons que l’ensemble de ce site stratégique, ancien socle industriel, générant lui-même d’autres activités d’ordre économique, coopératives et associatives, fourmilières d’emplois et de tissu social, ainsi que de l’habitat pour les cheminots (par exemple les cités ouvrières C. Désormes et Jacquard à Oullins), doit appeler une nouvelle orientation : faire cohabiter dans ce nouveau quartier de la Métropole (après Confluence, Gerland, Carré de Soie, Techlid Ouest-Nord) une dynamique immobilière inventive – penser les logements modulables pour s’adapter aux âges de la vie et à la taille évolutive des ménages, construire des immeubles solidaires « à esprit de famille » (familles, étudiants, seniors, personnes handicapées sous un même toit), logements de haute performance énergétique accessibles à tous les revenus et donc à la location PLAI et PLUS (Oullins notamment doit enfin prendre sa part de solidarité urbaine et disposer du nombre de logements sociaux (article 55 de la loi SRU n°2000-1208 du 13 décembre 2000) portés par la loi du 18 janvier 2013 à 25 % d’ici 2025. et à la propriété – , le retour de la biodiversité en ville – faire fleurir des jardins au sol et sur les toits, accompagner l’activité partagée de jardinage par les habitants et les salariés des entreprises et les rendre acteurs de leur bien-être social et de leur santé, aménager les berges de l’Yzeron jusqu’au Rhône – , la régénérescence d’une dynamique économique, enclenchée par la ZAC au sud de la Saulaie – contribuer à l’offre et attractivité tertiaires de la Métropole, développer dans un même temps sur ce territoire de nouvelles formes d’immobilier comme les espaces de coworking et favoriser les entreprises liées aux nouvelles technologies, créer une pépinière d’entreprises artisanales, notamment alimentaires en soutien aux circuits courts et aux produits biologiques cultivés sur le territoire sud ouest lyonnais, fournisseurs des commerce de proximité, étendre de ce côté-ci du Rhône le pôle des sciences de la vie implanté sur le Biodistrict Gerland/Charles Mérieux et offrir son autre profil à Oullins pour faire du vivre en bonne santé, valeur métropolitaine, le fer de lance du Sud-Ouest lyonnais -, le développement de l’hébergement touristique – diversifier l’offre hôtelière en complétant les hôtels Campanile et du formule 1 d’un centre d’accueil international pour les jeunes – la mémoire de la richesse culturelle du patrimoine industriel de la ville – reconvertir un atelier, patrimoine culturel de la ville, en un lieu dédié aux aux citoyens et à leurs initiatives. Les hectares à aménager, friches industrielles à Oullins, propriété de la Métropole de Lyon, ateliers encore activité à La Mulatière, propriété de la SNCF, sont attenants au quartier historique de la Saulaie. Aussi ce quartier dans son ensemble peut-il être à l’aube d’une reconfiguration intercommunale, favorisée par le réaménagement de la rue Dubois Crancé en artère centrale, enjambant l’Yzeron et se prolongeant jusqu’à La Mulatière, ainsi que par la construction d’une crèche et d’une école primaire publique qui pourraient s’envisager intercommunales et qui selon une nouvelle carte scolaire accueilleraient les enfants oullinois et mulatins de ce secteur. Réussir la jonction entre cette entité urbaine et les rues Sémard, Aulagne, République, Parmentier, Jean Macé et Blanqui demande à ce que la suture soit douce et naturelle : Ligne des habitations, végétalisation de parcours et d’espaces, aménagements en faveur d’une pluralité des modes de déplacements.

Joëlle SECHAUD, Jérémy FAVRE, Raphaël PERRICHON

Conseillers municipaux

Pas de commentaires pour le moment

Laisser un commentaire

Votre commentaire:

Permanence des élus

N'hésitez pas à nous contacter pour échanger !

Sur Rendez-vous : par mail : contact@oullinsdemain.fr ou par téléphone : 06 87 55 14 42

Maison des sociétés - rue Raspail - 1er étage