Comment un maire nouvellement élu peut-il passer sous silence 30 ans de vie municipale ?

Un nouveau conseil municipal s’est installé hier matin, samedi 29 mars 2014 à Oullins. Ce moment solennel personnalise les sièges attribués aux élu/es, représentant/es des moins de 60% d’électrices et d’électeurs qui sont allés voter dimanche 23 mars.
Ce premier conseil municipal du mandat a été pour nous, groupe des élu/es socialistes et apparenté/es , comme au soir du 1er tour de l’élection municipale, une lecture interrompue d’un livre que l’on fermerait sans l’avoir fini : notre dialogue constant avec vous, Oullinoises et Oullinois, l’approbation de notre projet socialiste dont vos voix toujours majoritaires nous ont témoigné à tous les scrutins depuis 2010, se sont heurtés à un écueil, celui du mécontentement national que chaque autre parti de gauche comme de droite a su alimenter à son profit.
Les électrices et les électeurs ébranlés par la crise mondiale persistante et habitués à l’immédiateté des solutions, ont réagi localement et déconstruit ce qu’ils avaient édifié. Nous, parti socialiste et élu/es, allons reconstruire avec vous inlassablement.
Mais le premier conseil municipal de ce nouveau mandat ne reflétait pas que l’expression des suffrages. Il donnait aussi la parole à un politique, Jean-Louis UBAUD, qui, après avoir été le plus jeune élu de la majorité du maire socialiste R. Bernard en 1983 et avoir voué 30 ans de sa vie à dessiner pour vous une ville d’équilibres et solidaire, à penser d’autres déplacements comme le métro pour donner à notre ville de banlieue un écrin métropolitain, a annoncé publiquement son retrait de la vie municipale.
Comment prendre la mesure de ce temps et de cette énergie consacrés à l’intérêt général ? Tant de présences hebdomadaires sur les marchés à écouter les habitant/es, tant de soirées et de week-ends à encourager les associations, tant de réunions publiques à dialoguer avec vous, tant de commissions et de séances de conseils municipaux à mettre en garde F.N. Buffet contre ses dérives et à proposer des orientations humainement riches… !
La démocratie est rude puisqu’elle a confié tour à tour à Jean-Louis UBAUD le mandat de Conseiller général et lui a ravi ainsi qu’à son équipe la majorité municipale, la plaçant néanmoins avec 19,25% des voix largement en tête de tous les partis aujourd’hui d’opposition.
Le combat entre les personnalités politiques est plus ingrat encore. Hier, nous aurions attendu du maire qu’il adresse en son nom à Jean-Louis UBAUD, son adversaire politique depuis de longues années et le Conseiller général d’Oullins, un salut respectueux et au nom de la population qu’il se doit de rassembler un message reconnaissant. Rien – pas un mot – pas un signe…
Aujourd’hui, puisque le maire a failli à son devoir républicain, je vous suggère de penser autant à l’homme qu’au politique, Jean-Louis UBAUD, celui qui a décidé tout jeune de servir l’intérêt des Oullinoises et des Oullinois, de leur consacrer sa vie, et que les difficultés n’ont jamais découragé, celui qui aujourd’hui se retire avec dignité. Je pense pour ma part à l’homme qui m’a introduite auprès de vous et m’a encouragée à prendre des responsabilités politiques pour vous représenter.

Pas de commentaires pour le moment

Laisser un commentaire

Votre commentaire:

Permanence des élus

N'hésitez pas à nous contacter pour échanger !

Sur Rendez-vous : par mail : contact@oullinsdemain.fr ou par téléphone : 06 87 55 14 42

Maison des sociétés - rue Raspail - 1er étage