CM du 26 mai 2016 : Je suis intervenue sur l’approbation de la programmation politique de la ville 2016

Depuis juin 2014, date à laquelle la carte de la nouvelle géographie prioritaire a été dévoilée par le gouvernement, les pouvoirs publics concentrent la politique de la ville sur 1300 quartiers, identifiés comme prioritaires, à Oullins le quartier de la Saulaie.

Le quartier du Golf , zone urbaine reconnue en difficulté, a jusqu’en 2014 bénéficié d’actions visant une revalorisation et une réduction des inégalités. Sorti du dispositif, il reste néanmoins en veille active : cela signifie qu’une attention toute particulière doit continuer à lui être prêtée. Il faut donc assurer une continuité d’actions à ce qui a été entrepris durant de longues années.

Il est pour de multiples raisons et singulièrement parce que ce quartier est en veille incompréhensible et inadmissible que vous y fermiez l’annexe de la bibliothèque Montlouis et que vous ayez peut-être décidé de la fermeture pour ne pas engager des travaux d’accessibilité.

Concernant le quartier de la Saulaie et les 24 actions qui sont menées et financées dans le cadre de la politique de la ville, toutes sont de belles contributions à l’amélioration des conditions de vie des habitants, qu’elles soutiennent la cohésion sociale, l’insertion par l’emploi, le cadre de vie. Nous sommes reconnaissants aux associations et au théâtre de mutualiser leurs ressources et de toujours inventer de nouvelles approches pour aider les habitants plus défavorisés à trouver leur place parmi les autres et à construire un avenir. La ville conduit elle aussi des actions intéressantes.

Il est une action, la N°22 revendiquée par la ville, dont la formulation choquante contredit l’espoir qui doit nourrir les populations en difficultés : intitulée réaménagement de l’espace convention, elle est développée ainsi, je vous cite « au regard de la future évolution urbaine du quartier, il est nécessaire de réaliser des aménagements de qualité et correspondant aux usages des habitants ». Les aménagements de qualité seraient-ils conditionnés à l’arrivée de nouveaux habitants dans le quartier de la Saulaie, dont les logements ne sont pas encore programmés  ?

A cet égard, nous souhaiterions approfondir cette priorité du cadre de vie. Des aménagements ont été faits ; Il faut citer le cityparc, la cité des kapseurs, qui ne reloge pas les habitants, mais participe à des projets pour la vie du quartier, le passage piétonnier d’accès au métro, plus récemment le square Dubois Crancé. Il en reste bien d’autres cependant à faire pour que les habitants n’aient pas le sentiment d’être «  déclassés » par rapport à ceux d’autres quartiers : je nommerai ici la place Kellermann, les nombreux locaux commerciaux vacants, qu’aucune volonté politique n’aide à ré-ouvrir, les nombreux logements insalubres et pour certains d’entre eux mettant en péril la vie des occupants, sans respect des normes de sécurité, logements loués par des marchands de sommeil sans doute. Qui d’entre nous ici imaginerait vivre en de pareilles conditions ? Comment est-il possible de fermer les yeux depuis des années sur cette situation du logement à La Saulaie ? D’où notre étonnement qu’aucune action de politique de la ville ne soit menée par des bailleurs sociaux et que les yeux de la ville restent fermés sur des greniers suspendus, habités, accessibles par des escaliers en bois.

Comment est-il possible en 2016, moins d’un an après les attentats terroristes qui ont ensanglanté notre pays, tuant des centaines de personnes, qu’aussi peu d’actions aient été programmées dans la même direction que celle du projet de loi Egalité et Citoyenneté : des actions incitant à l’engagement citoyen de toutes et de tous, auquel répond le Conseil citoyen, mais ne saurait suffire, et à l’implication dans l’espace public et les projets de territoire. Projet de territoire ? Cela devrait nous parler à Oullins : l’aménagement des friches SNCF. Il suffit d’écouter les habitants pour savoir qu’ils ont des choses à dire sur la vie dans leur quartier et sur le savoir faire ville. N’aurait-il pas fallu programmer des actions comme une aide à la création d’une maison du projet et une aide à la création de fabrique d’initiatives citoyennes comme le recommande l’instruction interministérielle du 15 mai 2015, émanant de la Direction générale de la cohésion sociale. Car comment lutter contre le repli sur soi et percer des poches communautaristes ?

Quid encore du volet égalité entre les femmes et les hommes dans ce contrat de ville ? Nous cherchons dans la programmation que vous nous présentez ce soir les actions visant à lutter contre le retrait des femmes du marché du travail, et plus largement contre leur retrait de la vie sociale :

Le premier rapport annuel de l’Observatoire national de la politique de la ville, remis le 3 mai dernier à Hélène GEOFFROY, secrétaire d’État chargée de la ville, est éloquent au sujet des inégalités entre les hommes et les femmes dans les nouveaux quartiers prioritaires : Près d’une femme sur 3 entre 30 et 49 ans est inactive (c’est 2 fois plus que dans les autres territoires). Selon la Direction générale de la cohésion sociale, plus d’1 femme sur 4 a aussi renoncé à ses soins, et dans 9 cas sur 10 elles sont à la tête des familles monoparentales (1 famille sur 4), une femme sur 10 encore est victime de violences physiques ou sexuelles, et elles plus nombreuses encore à les subir au sein du couple.

L’égalité femmes hommes est l’une des trois priorités transversales obligatoires à prendre en compte dans les contrats de ville avec la jeunesse et la lutte contre les discriminations. La meilleure stratégie est d’avoir une approche transversale donc, qui irrigue tous les axes d’intervention, mais le cadre de référence « « Egalité femmes-hommes dans les contrats de ville de nouvelle génération » en date de septembre 2014 est clair : « L’approche transversale mérite d’être complétée par des actions spécifiques destinées à agir plus finement sur les inégalités persistantes dont sont victimes les femmes ».

De nombreuses collectivités territoriales sont signataires de la Charte européenne de promotion de l’égalité femmes-hommes dans la vie locale. J’ai pu vérifier qu’Oullins ne figuraient pas parmi les 165 collectivités françaises signataires, 23.1.2014. Pourquoi ?

Enfin, le rapport du Haut Conseil à l’égalité femmes-hommes intitulé « Combattre maintenant les inégalités sexués sociales et territoriales dans les quartiers de la politique de a ville et les

territoires ruraux fragilisés » de 286 pages, remis le 25 juin 2014 à la Ministre des droits de femmes, de la ville, de la jeunesse et des sports rend ces inégalités visibles et propose des outils pratiques à destination des actrices et acteurs de terrain dans les champs d’action prioritaires que sont l’emploi des femmes mais aussi leur accès à l’espace public – citoyenneté , aux droits et services et la lutte contre les violences

Peut-on espérer à défaut de voir ces actions déclinées dans la programmation de cette année qu’elles le soient en 2017 ?

Pas de commentaires pour le moment

Laisser un commentaire

Votre commentaire:

Permanence des élus

N'hésitez pas à nous contacter pour échanger !

Sur Rendez-vous : par mail : contact@oullinsdemain.fr ou par téléphone : 06 87 55 14 42

Maison des sociétés - rue Raspail - 1er étage