Agir, Maintenant ! Lancement du comité de soutien à François Hollande

Discours de Joëlle SECHAUD, Présidente du comité de soutien.

Banal et redite, me direz-vous après trois interventions, de vous souhaiter une bonne année. Pourtant ce vœu tout simple est empreint d’affection pour vous toutes et tous que je côtoie régulièrement et il est une première rencontre entre vous et moi pour toutes celles et ceux que je ne connais pas encore.

L’occasion festive d’aujourd’hui me permet de croiser votre regard et je ferai mienne la phrase de René LAMBERT, maire socialiste de Francheville, qui lors de ses vœux au Centre social mardi soir disait : « c’est en regardant dans les yeux que l’on atteint le cœur ».

Etre attentif à l’autre, prendre le temps de l’écouter, comprendre les situations que chacune, chacun d’entre nous vit au quotidien, saisir les raisons des difficultés rencontrées, vouloir qu’elles ne soient que passagères, se monter solidaires pour avancer ensemble sans que personne ne se sente en dehors, laissé pour compte, déclassé, dégradé….

Cette année ne peut pas être une année qui se contenterait de succéder à la précédente. Nul ne maîtrise les accidents de la vie qui frappent douloureusement nos foyers malgré la bonne année et la bonne santé que nous nous étions souhaitées, mais nous avons en main un destin commun. Il ne tient qu’à nous de changer sa direction et de ne pas nous réfugier dans le passé ou la fatalité.

Et il me plaît ici de m’inspirer de cette femme philosophe remarquable qui refusant la fatalité a su faire réfléchir notre société sur la condition féminine et la faire progresser. Simone de Beauvoir a dit : « le présent n’est pas un passé en puissance, il est le moment du choix et de l’action ».

Choisir, Agir, non pas pour quoi faire ? mais pour ne pas laisser faire !

Agir pour dispenser de la prospérité à tous et non pour accentuer les zones de misère et creuser les inégalités !

Agir pour construire une communauté de destins dans la mondialisation et non pour abandonner l’autonomie des productions locales ni pour étouffer les diversités culturelles !

Agir pour stimuler notre développement et non pour ignorer les savoir-faire et les solidarités

Agir pour encourager la croissance des énergies vertes, des transports publics, de l’économie sociale et solidaire et non pour alimenter l’économie dilapidatrice et la finance boursière !

Agir alors comme le dit S. Hessel pour relancer l’économie par la croissance du meilleur et par la décroissance du pire

Agir pour consolider l’Europe et la solidariser et non pour la déshumaniser et la réduire à une addition de triple A

Agir pour une économie plurielle et pour financer les projets de proximité des petites entreprises, créatrices d’emplois et non pour les acculer

Agir pour que le vieillissement relève de notre responsabilité sociétale et non pour le dégrader en dépendance

Agir pour que nos jeunes s’élancent avec exaltation dans la vie, armés d’une solide formation et de la confiance de leurs ainés, et non pour les briser

Agir pour dispenser des soins à tous ceux qui souffrent et non pour faire de la santé un luxe de notre société

Agir en somme, vous l’avez compris, pour la dignité de tous et non pour l’humiliation de certains.

Et si nous ne laissons pas la droite perpétrer la casse plus que la rupture qu’elle a enclenchée en 2007 ni d’autres encore enfermer notre pays dans un étau d’intolérance et de régression, nous prolongerons ensemble la voie que seule la gauche ait jamais tracée, celle de la dignité, qu’elle a croisée en de multiples chemins, celui de la laïcité en 1905, celui des congés payés en 1936, celui de la Sécurité sociale le 4 octobre 1945, celui de l’abrogation de la peine de mort en 1981, celui encore de l’impôt sur les grandes fortunes la même année, celui de la 5ème semaine de congés payés et de la semaine de 39h sans réduction de salaire en 1982,

celui du revenu minimum d’insertion en 1988, celui du pacte civil de solidarité (le PACS) en 1999, celui des 35h pour ouvrir les portes des entreprises à celles et ceux privés de travail en 2000.

Ensemble relisons les trois mots gravés sur les frontons de nos mairies : Liberté, égalité, fraternité et marchons avec F. Hollande sur la route qui s’est interrompue.

Quelle fierté de pouvoir espérer grâce à lui et à notre action honorer la mémoire de nos aînés et graver à notre tour le mot DIGNITE ! Liberté, égalité, fraternité, dignité !

La Droite depuis 10 trop longues années de pouvoir manque singulièrement de dignité, elle qui après avoir abandonné la plupart des Français, les avoir opposés et stigmatisés s’emploie maintenant à déformer, cacher et manipuler, à longueur de déclarations de plus en plus virulentes.

Il nous appartient à nous la gauche et à François Hollande de restituer leur dignité à ces 8 millions de personnes qui vivent avec moins de 900€ par mois,

à nous encore de rendre leur dignité à ces mal logés qui vivent dans des caravanes ou chez leurs parents,

à nous de rendre leur dignité aux retraités et travailleurs pauvres qui s’échinent sans avoir droit

à une vie décente,

à nous de rendre leur dignité aux populations migrantes qui contribuent au dynamisme de notre société, à nous de rendre leur dignité au personnel méprisé de la santé, qui s’exténue pour les autres,  de la justice qui lutte pour son indépendance,  de la police qui voudrait être préventive alors qu’elle est primée sur sa  rentabilité, de l’éducation nationale qui aide la jeunesse à se construire,

à nous toujours de rendre leur dignité aux prisonniers entassés en cellules et à leurs familles démunies,

à nous de rendre leur dignité aux petits chefs d’entreprise, proches de leurs salariés qu’ils voudraient garder,

à nous de rendre leur dignité aux agriculteurs qui voient leurs produits agricoles détruits au profit des cultures intensives,

à nous enfin de rendre leur dignité aux 150 000 jeunes que nous laissons chaque année  sur le bord de la route sans qualification,

à nous de rendre sa dignité à la jeunesse que nous devons guider mais qui n’a pas le droit de voir l’avenir en noir…

A nous de marcher ensemble vers le mieux  plutôt que vers le plus, à nous d’agir pour que le bien-être des uns se transforme en bien vivre de tous.

Stoppons ensemble cette marche des misères matérielles mais aussi des détresses sociales, des humiliations, des stigmatisations et des incompréhensions. « La France qui souffre et dont on ne parle jamais » n’a pas été écoutée par ceux qui nous gouvernent, elle a été poubellisée durant ce mandat et loin d’être en diminution beaucoup d’autres personnes l’ont rejointe.

Alors il est une peur pour beaucoup de nos concitoyens, celle du changement, cette peur dont Sénèque a dit : « Tu cesseras de craindre en cessant d’espérer. Oui, l’avenir est incertain ! » écrit auquel j’associerai les paroles de Marc Aurèle : « Le matin, lorsqu’il te coûte de te réveiller, aie cette pensée sous la main : c’est pour faire œuvre d’homme que je m’éveille ! »

Et nous nous sommes levés un matin d’octobre 2011 pour que chacun de nos pas se mêle aux pas de toutes celles et ceux pour lesquels notre siècle ne peut faire l’éloge du progrès et déconsidérer la vie humaine,

quelles que soient les conditions économiques mondiales auxquelles nous devons faire face, celles et ceux pour lesquels le changement c’est vivre autrement, c’est vivre ensemble et qui veulent que le changement soit maintenant, celles et ceux qui veulent que nous fassions ensemble un grand pas pour changer l’avenir.

Nous étions 3,5 millions à nous mettre en marche au mois d’octobre,  5000 dans notre circonscription, à vouloir participer à cet élan démocratique qu’ont été nos primaires citoyennes et désigner le candidat avec  lequel nous avançons et allons emmener beaucoup d’autres.

Car je ne doute pas un seul instant que le comité de soutien que nous lançons aujourd’hui dans notre circonscription et dont David Chizat et moi-même sommes les présidents donne envie de renforcer cette dynamique.

Nous sommes dès à présent engagés pour F. Hollande mais aussi pour toutes les diversités.

Nous devons être plus que jamais disponibles en discutant sur les marchés, dans les cafés, dans la rue, au travail, dans nos commerces de quartier, à l’école, dans les associations car nous avons la responsabilité citoyenne d’un avenir pour tous.

Albert Camus disait : « la vraie générosité envers l’avenir consiste à tout donner au présent. ». C’est la raison pour laquelle, vouloir changer de route, agir pour dévier celle empruntée par ceux qui nous gouvernent et éviter celle semée d’autres dangers, c’est déjà maintenant.

Et lorsque nous réussirons, nous composerons ensemble la société digne à laquelle nous aspirons car avec Louis Aragon je voudrais proclamer que « l’avenir, c’est ce qui dépasse la main tendue ».

Mes amis, il nous reste un peu plus de 100 jours pour convaincre nos concitoyens du  nécessaire changement maintenant. Nous avons encore et nous n’avons plus  que 100 jours pour oser le pas et aller à la rencontre des électeurs, parler à nos voisins, convaincre nos proches, discuter avec les employés des entreprises sur nos communes, les commerçants, échanger avec tous les habitants dans les quartiers, 100 jours pour les solliciter et les convaincre de nous rejoindre dans le comité de soutien à François Hollande. Nous ne pourrons pas rendre sa dignité à notre pays sans un large rassemblement et notre comité de soutien a vocation à être rassembleur. De semaine en semaine il doit grossir et peser lourd dans notre circonscription.

Je  vous demande donc  de donner du tonus, de l’optimisme, de la joie à cette campagne que je mènerai avec vous et pour vous, David à mes côtés, et nous fêterons tous ensemble le 6 mai prochain la victoire de la Gauche oui,  mais surtout la victoire  d’une France redevenue digne de tous ses habitants.

A la Gavroche, qui disait : » je sors, je rentre dans la rue ! » Sortons de cette impasse, rentrons dans le changement, c’est maintenant !!

1 Comment to “Agir, Maintenant ! Lancement du comité de soutien à François Hollande”

  1. Mickaël dit :

    Superbe discours !! Ca donne la patate !!

Laisser un commentaire

Votre commentaire:

Permanence des élus

N'hésitez pas à nous contacter pour échanger !

Sur Rendez-vous : par mail : contact@oullinsdemain.fr ou par téléphone : 06 87 55 14 42

Maison des sociétés - rue Raspail - 1er étage