15 jours après les attentats de Paris : Journée de deuil national

Je m’associe bien sûr à l’hommage national rendu à toutes les victimes du carnage de vendredi dernier,  car comme vous toutes et vous tous,  j’ai besoin de participer à ce deuil collectif et de partager les émotions, que nous ressentons toutes et tous envers les 130 personnes que nous ne connaissions pas et qui ont été massacrées, vendredi 13 novembre dernier à Paris. La publication de cette page du quotidien « Libération » sur mon site personnel est une sorte de monument aux morts, comme il s’en est érigé place de la République à Paris au lendemain des terribles attentats, mais aussi dans de nombreuses communes en France et à l’étranger.

Il est un parmi toutes les victimes, qui se trouvait au Bataclan, auquel je rends un hommage privé : Fabian STECH, enseignant d’allemand à Dijon et critique d’art : il a écrit sur de nombreux artistes dont le peintre Yan Pei-Ping, et il a été un collègue avec lequel j’ai partagé des rires, des colères, des moments intenses de réflexion sur notre pédagogie et des moments de création pour aider, accompagner , faire réussir nos élèves en lycée professionnel.

ET comme les hommages n’ont pas de frontières, voici l’article paru dans le Süddeutsche Zeitung à sa mémoire :

Fabian Stech

« Umtriebig » sei er gewesen, sagt sein Kollege Heinz-Norbert Jocks von der Zeitschrift Internationales Kunstforum. Für die war Fabian Stech Frankreich-Korrespondent, er führte zuletzt ein großes Gespräch mit dem chinesischen Maler Yan Pei-Ming und schrieb über Damien Hirst. Stech war nach dem Studium und seiner Promotion in Berlin vor zwanzig Jahren nach Frankreich gekommen, lebte mit seiner Frau, einer französischen Anwältin, und zwei Kindern in Dijon. Er war Kritiker, Buchautor, Fotograf, Übersetzer und Lehrer an der Privatschule Les Arcades. « Er war ein Lehrer, der von allen gemocht wurde », teilt die Schule mit. Er habe immer versucht, seinen Schülern einen internationalen Geist zu vermitteln. Die Schüler würden nun von Psychologen betreut. Sein Kollege Jocks schreibt: « Seine Gespräche mit dem Kurator Jérôme Sans, den Künstlern Bertrand Lavier, John M. Armleder, John Baldessari und dem Galeristen Michael Werner sowie seine profunden Texte waren eine große Bereicherung. Sein Geist und sein Auge werden uns fehlen. »

16. November 2015, 23:522015-11-16 23:52:39 © SZ.de/bepe

Pas de commentaires pour le moment

Laisser un commentaire

Votre commentaire:

Permanence des élus

N'hésitez pas à nous contacter pour échanger !

Sur Rendez-vous : par mail : contact@oullinsdemain.fr ou par téléphone : 06 87 55 14 42

Maison des sociétés - rue Raspail - 1er étage