23 janvier 2016 (salle Collovray, Centre de la Renaissance) : discours de Joëlle SECHAUD à l’occasion des voeux du parti socialiste Oullins

En ce mois de janvier, je souhaite au nom des élus municipaux, Jérémy Favre, Raphaël Perrichon dont je vous prie d’excuser l’absence et moi-même,

et au nom de tous les adhérents vous remercier d’être venus et de nous signifier par votre présence ce que nous partageons :

de l’humanité,

mais aussi un espoir en une vision d’une ville et plus largement d’une société,

ouvertes à  toutes et tous et inclusive.

Je remercie particulièrement Michel Le Faou, vice-président de la Métropole de Lyon d’avoir pris de son temps personnel pour nous rejoindre en cette année nouvelle et de nous donner à voir que l’équipe d’opposition socialiste à Oullins est associée aux enjeux de la Métropole. Merci aussi à Frank Heurtrey, secrétaire fédérale aux nouvelles adhésions, d’être là avec nous. Merci à Claire Bellissen, du groupe EEVL et présidente du centre social d’Oullins et merci encore à la section et aux élus PS de Pierre Bénite/irigny d’être présents aujourd’hui, David Chizat, conseiller muni0icpal de Pierre Bénite, Alain Focachon, secrétaire de section, Gérard Jabut de Charly et Michel Surgey, conseiller municipal d’Irigny. Nous sommes sur un même  territoire et collaborons de longue date.

Et qui parle d’ouverture de nos sociétés pense à l’ouverture européenne, celle qui a été pensée et construite en 1957 pour rapprocher nos pays et pacifier nos populations,

peuples européens aujourd’hui qui malgré les contraintes des directives parfois mal vécues nationalement se visitent, étudient dans nos 28 pays, se comprennent mieux,

et je ne saurais oublier Rolf QUESNEL, un de nos adhérents, notre bâtisseur d’Europe qui a tant contribué à l’entente franco-allemande et au jumelage du PS Oullins avec le SPD de Nürtingen, lui qui nous a quittés cet été, de même pensons–nous au compagnon d’Elise, au beau-frère de Claude, à la fille et Suzanne et René..

Ce début d’année, propice aux souhaits à exaucer d’ici décembre prochain, fait suite à une année traumatisante, ensanglantée des attentats meurtriers sur notre sol. Depuis, pleurant nos morts, nous cherchons les raisons, les explications et refusons en même temps d’admettre l’horreur et d’excuser son origine.

Nous commençons l’année 2016 toutes et tous indignés, révoltés : car d’autres ont voulu tuer le 13 novembre dernier notre jeune génération, en pleine force de l‘âge et espoir de notre société qui bouge, et avec elle son envie de vivre, son envie de s’investir et celle de se distraire, en toute liberté, créative, inventive comme ont été frappés les 7, 8 et 9 janvier notre besoin d’expression libre, critique, caricaturale, nos forces de sécurité et notre richesse cultuelle diverse.

Partout dans le monde, en Indonésie, en Tunisie ou en Egypte, au Burkina Faso ou au Mali, en Syrie, en Turquie, ils sont des milliers à avoir déjà succombé à cet embrasement guerrier de Daesh aujourd’hui, d’Al Quaïda auparavant et si les intentions sont identifiées par tous, chacun, en souhaitant que l’année 2016 ne soit plus meurtrière, souhaite aussi comprendre

pourquoi ce séisme,

pourquoi des jeunes nés Français tournent le dos à leur pays et à la vie.

Il ne m’appartient pas aujourd’hui de vous livrer les réponses, mais de nous souhaiter à toutes et tous de réussir là où nous avons sans doute échoué :

de parvenir à rassembler sous une même identité toutes les diversités

et à inculquer à chacune et chacun le sentiment d’appartenance à notre pays en sachant reconnaître ce que nous avons pas su faire mais en dessinant un avenir commun possible.

Cet avenir ; nul ne peut raisonnablement l’envisager meilleur, si les femmes ne s’engagent pas en résistance, si elles ne se soulèvent pas contre ce que les sociétés les plus machistes et les religions veulent faire d’elles, des êtres cachés sous le voile de la dépendance et de l’infériorité, prisonnières d’interdictions inventées au service d’un pouvoir religieux.

Je souhaite à toutes les femmes, et notamment les plus muselées, de se libérer de la domination qu’on veut leur imposer en prolongeant leur réflexion du pouvoir de l’action, comme l’ont fait avant elles les suffragettes, les Simone de Beauvoir, les Simone Weil, les Edmonde Charles Roux.

Quant à ce vœu que nous formulons d’identité commune, il ne doit pas être pieux, il mérite que nous nous engagions toutes et tous à sa réalisation et que la population, qu’elle soit de nationalité française ou non française, les élu/es, les chefs d’entreprise, les syndicats, les salariés, les membres associatifs, les équipes éducatives, les parents, les adhérents politiques, les collectifs citoyens,, les enfants réfléchissent ensemble et mettent en œuvre cette citoyenneté avec l’aide des pouvoirs publics.

Le vivre ensemble n’est pas un concept.

Il n’a pas de signification si nous excluons les différences,

si nous cloisonnons à vie les personnes démunies

si nous n’accueillons pas généreusement les migrants,

si nous ne donnons pas leur chance à celles et eux qui démarrent dans la vie, pour accéder au logement, au marché du travail,

si nous rejetons en permanence ce qui nous dérange,

il n’a pas de signification si nous ne formons pas les non qualifiés,

si nous discriminons celles et ceux qui portent des noms d’origine étrangère,

si nous ne proposons pas d’emploi à ceux qui en cherchent,

si nous ne stoppons pas les privilèges dont certains bénéficient.

Mais le vivre ensemble revêt du sens si chacun/e, dès lors qu’il ou elle est considéré/e pour ce qu’il/elle est, réussit à comprendre et à s’approprier ses devoirs autant qu’il assimile ses droits.

Toutes les strates de notre société doivent pouvoir contribuer à ce que naisse collectivement cette prise de conscience et participer à cette unité « je suis la France », « je suis citoyen français » et les maires, ceux fédérateurs de populations et non ségrégationnistes, pourraient faire de leur commune cet échelon de proximité, de rassemblement.

A Oullins, adhérents et sympathisants du parti socialiste, nous savons ce que rassemblement veut dire et nous sommes nombreux à vouloir militer, réunis, après concertation et décision collective, au service de l’intérêt général.

Il en va des délibérations que les élus approuvent ou contrent en conseil municipal comme du travail de reconquête à mener et des élections, récemment régionales.

Aussi ai-je envie de m’adresser à vous toutes et vous tous et de vous souhaiter une belle année, personnelle bien sûr, mais aussi de nous souhaiter une année riche de dialogue et de débats contradictoires, une année d’efficacité conviviale, une année où nous puissions donner envie à d’autres d’avoir confiance en les idées socialistes, sans exclure le questionnement,

de donner envie à d’autres encore de co construire avec nous un projet pour Oullins et pour notre territoire au sein de la Métropole de Lyon.  Nous y arrivons à Oullins puisque nous comptons de nouvelles adhésions : Catherine,   Chloé, Evariste, Martine, Jacqueline et Bastien.

Ce projet, dont nous savons l’humain au cœur sans compromis possible, est déjà irrigué par l’action associative, qui apporte à notre population le ciment là où on laisse des brèches la fissurer,

Ce projet demande à se situer au carrefour de la culture, qui ouvre des horizons nouveaux et solidifie notre socle commun, de l’action éducative concertée sur notre territoire,

il demande de changer notre espace urbain asphyxié en espace urbain apaisé, qui assure la mobilité et l’accessibilité à toutes et tous de notre ville, sans fracture sociale ni générationnelle, et qui préserve notre santé et notre environnement.

Il en existe de ces morceaux de ville, que nous imaginons, rêvons, traçons.

Les Nouveaux ateliers d’Oullins que nous avons lancés en octobre dernier sont une des expressions des nombreuses interrogations au sujet de l’aménagement de l’un d’entre eux, le quartier de la Saulaie. Nous souhaitons qu’y soit semé l’avenir, en matière de logements d’activités économiques d’espaces de vie, de rencontres interculturelles et de projets éducatifs sans que ne soit arraché l’existant. L’article paru cette semaine dans «Tribune de Lyon » ne nous dit rien sur ce sujet.

En conclusion, comment mieux que Paul Valéry formuler un voeu pour 2016 qui puisse irriguer partout, lui qui  écrivait: De tous les actes, le plus complet est celui de construire.

e

Pas de commentaires pour le moment

Laisser un commentaire

Votre commentaire:

Permanence des élus

N'hésitez pas à nous contacter pour échanger !

Sur Rendez-vous : par mail : contact@oullinsdemain.fr ou par téléphone : 06 87 55 14 42

Maison des sociétés - rue Raspail - 1er étage