Monthly Archives: avril 2015

Demandeurs d’asile à Oullins : L’UMP se transforme en girouette

Le 9 avril dernier, les membres de l’association ASSEDA demandaient à être reçus par le maire d’Oullins : 10 familles, déboutées de leur demande d’asile, n’avaient plus d’hébergement au foyer Semcoda, situé rue Jacquard, et se retrouvaient à la rue, en attendant que leur demande en appel soit étudiée. Des Oullinois/es ont alors accueilli chez eux quelques-unes des familles concernées, et sur décision du préfet du Rhône, d’autres ont été redirigées vers des hôtels, faute d’hébergement d’urgence disponible, mais une des familles, à laquelle l’école Ampère avait...

Oullins : Des bébés à la rue à la fin du mois – communiqué des élu/es socialistes et apparenté/es

A l’ouverture de la crèche interentreprises « Les petits chaperons rouges », située place Arlès Dufour, le conseil municipal s’était prononcé en faveur de l’achat par la ville de trois berceaux, permettant ainsi aux agents municipaux de pouvoir faire garder leurs enfants en bas âge dans une structure collective. Cette participation financière de la ville dans l’occupation de la crèche assurait en contrepartie aux jeunes parents, habitants oullinois un accès à cette crèche privée, qui faute de places en nombre suffisant dans les crèches municipales et associatives...

Où logeront les 10 familles en appel de leur demande d’asile à Oullins ?

10 familles dont 22 enfants de 7 mois à 11 ans, hébergées dans le foyer Adoma à Oullins, ont été déboutées de leur demande d’asile. Le danger auquel elles sont exposées dans leur pays et leur santé précaire les ont conduites à faire appel et à espérer encore obtenir le statut de réfugiées. Devant céder la place à des primo-demandeurs d’asile, ces familles n’ont donc plus de logement assuré à Oullins depuis début avril. Après une marche de solidarité, organisée le 9 avril dernier à l’initiative de...

Profil avril 2015

L’argent public est compté et les municipalités serrent leur budget pour pouvoir continuer d’assurer les services à la population et aux personnes les plus démunies. Elles ne baissent pas pour autant leurs investissements ni n’augmentent les impôts locaux : les mieux gérées ont su constituer une épargne et y recourir pour autofinancer les investissements au lieu d’emprunter et de s’exposer ensuite à des remboursements incontrôlables. Ce n’est pas le cas du maire d’Oullins qui a contracté emprunt sur emprunt – de 2006 à 2012 toxiques, malgré les alertes de...